Heureux vous qui êtes pauvres, car le royaume de Dieu est à vous !


Matthieu parle que le royaume des cieux appartient aux pauvres en esprit (Matthieu 5:3). Pour les raisons que je vais mentionner, dans Luc 6:20, je pense que Jésus parlait à la fois de pauvreté spirituelle et de pauvreté physique, comme c'était souvent son habitude de parler sur les deux plans en même temps pour illustrer des vérités spirituelles. Quand on prend l'évangile de Luc dans son exemple, on voit que c'est l'évangile qui s'attarde le plus aux pauvres, tu l'as sûrement remarqué, alors cela explique pourquoi Luc n'a pas ajouté « en esprit ».

Dans le contexte de Luc 6:20, Jésus vient de passer la nuit sur une montagne à prier concernant le choix de ses douze apôtres, v.12, quand Jésus passait la nuit dehors, c'était pour prier à propos de quelque chose de très important (voir aussi la transfiguration et Gethsémané), autrement son habitude était plutôt de se faire recevoir dans les maisons.

Jésus finit de prier et il fait appeler la foule de ses disciples v.13 et 17 et il en choisit douze parmi eux. Puis il descend de la montagne jusqu'à un plateau pour accueillir la foule de ses disciples, de même qu'une foule immense venue jusque des contrées voisines, v.17. Cette foule immense venait pour l'entendre parce qu'elle avait de grands besoins, étant aux prises avec la maladie et la possession démoniaque, v.18 et tous ceux qui parvenaient à le toucher étaient guéris v.19

On arrive finalement au verset 20 où Jésus dit À SES DISCIPLES, pas à toute la foule :

Heureux vous qui êtes pauvres, car le royaume de Dieu est à vous !

Première constatation, le royaume de Dieu est seulement pour ses disciples. Si tu n'es pas né de nouveau, tu ne peux pas entrer ni même voir le royaume de Dieu, dit Jésus ailleurs dans Jean 3:3-5.

Donc ce ne sont pas tous les pauvres du monde entier qui sont en possession du royaume de Dieu, les gens venus se faire guérir de Tyr et de Sidon, toute cette foule du pays d'Israël qui cherchait à l'entendre parler, soit pour le critiquer comme les religieux venus le voir, soit juste par curiosité, toute cette foule ne faisait pas partie de ses disciples, le mystère du royaume de Dieu demeurait cachée pour elle (Matthieu 13:11-16). Cette foule bigarrée n'était donc pas concernée par ce que Jésus a dit en dirigeant son regard vers ses disciples pour s'adresser à eux en particulier. Même si c'est meilleur comme sonorisation en montagne qu'en vallée, sa voix ne pouvait que porter sur ceux qui se tenaient à une distance relativement courte de lui, il n'avait pas de haut-parleur comme dans les croisades de Reinhard Bonnke !

Deuxième constatation, Jésus s'adresse à ses disciples comme à des pauvres.

Pourquoi ? Parce qu'ils avaient tout quitté pour le suivre (Matthieu 19:27), ils dépendaient maintenant totalement de Jésus. C'est quand Pierre avait vu la pêche miraculeuse qu'il a compris qu'il pouvait abandonner son métier, sa seule source de subsistance en sa possession pour suivre Jésus, tout en étant confiant que Jésus serait en mesure de pourvoir à ses besoins de base (Luc 5:6,11).

Donc Pierre et les autres disciples étaient pauvres parce qu'ils avaient dû quitter leur métier pour suivre Jésus, car ils suivaient littéralement Jésus partout, ils n'étaient plus en mesure d'exercer leur métier et assurer leur propre subsistance. Mais comme ils avaient été aussi témoins de la pêche miraculeuse ou du moins pour certains, ils en avaient entendu parler, ils étaient confiants qu'en suivant le bon Berger, ils ne manqueraient de rien (Psaumes 23:1, Jean 10:10).

Troisième constatation, Jésus dit que leur pauvreté matérielle était pour eux une source de bénédiction

Le mot « heureux » dans Luc 6:20 est la traduction du terme « makarios » qui signifie « béni ». Ils étaient bénis de dépendre totalement de Jésus. Ils ont pu à maintes reprises voir comme Jésus allait pourvoir à leurs besoins de façon miraculeuse, comme avec la multiplication des pains et des poissons, ou encore de façon inattendue, par le soutien de femmes riches de la société. Même quand beaucoup de ses disciples avaient quitté Jésus (Jean 6:66-68), ceux qui ont resté n'ont pas eu à jeûner, car Jésus a dit que le jeûne ne viendrait qu'après son départ (Luc 5:33-35).

Quatrième constatation, Jésus dit que la richesse du royaume de Dieu appartient à ses pauvres disciples.

Le royaume de Dieu, c'est la bénédiction de Dieu, c'est la plénitude de Dieu.

Psaumes 65:8 Ceux qui habitent aux extrémités du monde s’effraient des signes que tu accomplis; tu remplis d’allégresse le levant et le couchant. 9 Tu prends soin de la terre et tu lui donnes l’abondance, tu la combles de richesses. Le ruisseau de Dieu est plein d’eau; tu prépares le blé, quand tu la fertilises ainsi. 10 Tu arroses ses sillons, tu aplanis ses mottes, tu la détrempes par des pluies, tu bénis ses pousses. 11 Tu couronnes l’année de tes biens, et ton passage apporte l’abondance; 12 les plaines du désert sont arrosées et les collines sont entourées d’allégresse; 13 les pâturages se couvrent de brebis et les vallées se revêtent de blé. Les cris de joie et les chants retentissent.

Il n'y a aucun signe de pauvreté quand se manifeste sur terre ce royaume céleste aux rues pavées d'or et aux portes de perle. Le possédé est délivré, le malade est guéri, l'infirme retrouve ses capacités et le manque du pauvre est comblé et déborde pour qu'il bénisse aussi les autres. Oui, le pauvre qui possède sur terre le royaume de Dieu n'est pauvre qu'en apparence, en fait il est très riche, car il est assuré qu'il ne manquera jamais de rien et que Dieu va s'assurer même qu'il en ait en surplus pour manifester l'amour de Dieu en étant en mesure de bénir les autres concrètement, pas juste en paroles.

Le verset suivant, Luc 6:21, confirme que ceux qui avaient faim au moment où ils écoutaient ses paroles allaient être rassasiés comme dans le Psaumes 65 avec le ventre plein de nourriture et la bouche pleine de rire.

Luc 6:21 Heureux vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés ! Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous rirez !

Psaumes 113 :7 De la poussière il relève le faible, du fumier il retire le pauvre, 8 pour les faire asseoir avec les grands, avec les grands de son peuple.

Voilà ce que Jésus promettait à ses pauvres disciples qui l'écoutaient. Ils allaient pouvoir recevoir dès cette vie bien plus que ce qu'ils avaient dû abandonner pour le suivre (Marc 10:29-30).

Dans Luc 6:21, Jésus parlait sur deux plans. Il parlait évidemment de la faim spirituelle que la parole de Dieu pouvant satisfaire, comme Matthieu a choisi de s'en tenir en rapportant les paroles de Jésus, mais il parlait aussi de la faim physique qu'il se chargerait lui-même aussi de satisfaire, lui qui est la Parole de Dieu (Matthieu 4:4), le pain descendu du ciel (Jean 6:32-33). Jésus ne laissait pas les gens partir le cœur plein et le ventre vide, il s'assurait qu'ils soient nourris aussi physiquement, quand cela n'était pas possible autrement, en multipliant les pains et les poissons au moins en deux occasions. Dans les deux versets suivants, Luc 6:22-23, Jésus encourage ses disciples à se réjouir dans la persécution (détestés, insultés, rejetés, chassés) qui va venir parce que leur récompense sera grande au ciel.

Cinquième constatation, ensuite au verset 24 - Jésus s'adresse aux riches, en contraste avec les pauvres qui formaient ses disciples. Jésus contrastait souvent le monde en deux groupes.

Ailleurs, cela pouvait être les bons et les méchants, les justes et les injustes, les saints et les pécheurs, les sages et les fous, etc.. Ici, ce sont deux classes économiques qu'il oppose, les pauvres – c'est qui étaient en manque, et les riches – ceux qui avaient des surplus. Jésus ne s'occupait pas de faire des nuances, entre les bons et les mauvais riches, les bons et les mauvais pauvres quand il les nommait, c'est le contexte qui nous aide à le déterminer.

Sixième constatation, tous les riches ne sont pas visés par Jésus.

Si Jésus ne s'adressait pas à tous les pauvres quand il disait « heureux les pauvres car le royaume de Dieu est à eux », alors on peut s'attendre aussi que Jésus n'annonçait pas que le malheur allait s'abattre sur tous les riches de la planète maintenant non plus, ni même sur tous les riches qui étaient présents. Jésus avait plusieurs personnes riches dans son entourage qui l'aimaient profondément, comme Marie avec son parfum, le royaume de Dieu était pour ces personnes aussi. Jésus a dit que c'était difficile à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu, il a dit difficile et non impossible, car à Dieu tout est possible (Matthieu 19:23-26). Ce n'était donc pas aux gens riches et généreux que Jésus s'adressait, en disant dans Luc 6:24:

Mais malheur à vous, riches, car vous avez votre consolation ! 25 Malheur à vous qui êtes comblés [maintenant], car vous aurez faim ! Malheur à vous qui riez maintenant, car vous serez dans le deuil et dans les larmes !

Jésus ne pouvait pas aussi s'adresser dans ce passage aux femmes riches qui soutenaient son ministère dans Luc 8:3. En parlant ainsi des riches, Jésus s'adressait à ceux qui étaient avares et gardaient tout pour eux (Luc 16:14), comme le jeune pharisien riche dont la grande richesse l'empêcha d'entrer dans le royaume de Dieu, voir Matthieu 19.

On peut aussi faire un rapprochement avec des paraboles de Jésus, comme celle du riche traité d'insensé par Jésus (Luc 12:20) qui voulait agrandir son grenier au lieu de partager avec les autres (Luc 12:18). Jésus dit alors que ce riche l'était pour lui-même mais n'était pas riche pour Dieu (Luc 12:21). Jésus avait introduit cette parabole au verset 15 en disant :

« Gardez-vous avec soin de toute soif de posséder, car la vie d'un homme ne dépend pas de ses biens, même s'il est dans l'abondance. »

C'est le même constat dans la parabole du pauvre Lazare et du mauvais riche dans Luc 16. Le pauvre Lazare, malgré son dénuement, avait la foi comme son père Abraham et a été recueilli en sa présence. Le mauvais riche s'imaginait être aussi un fils d'Abraham (Luc 16:24) parce qu'il était financièrement à l'aise comme l'était Abraham, mais son comportement égocentrique envers Lazare devant lequel il passait pour entrer chez lui fut réprimandé par Abraham.

Conclusion

Jésus n'avait donc rien contre les riches en soi, il s'élevait seulement contre les riches qui étaient avares et adoraient en fait Mammon plutôt que Dieu. C'est Jésus qui avait béni ces femmes de la haute société pour qu'elles le bénissent avec ses disciples en retour.

Jésus avait un message rempli d'espérance pour ses pauvres disciples qui avaient dû tout abandonner derrière eux – travail, maison, famille – pour être en mesure d'être ses disciples en le suivant physiquement partout. Le mot disciple en grec signifie marcher aux côtés de quelqu'un. Le terme acolyte en dérive. Le message rempli d'espérance pour ses pauvres disciples c'est que le royaume de Dieu était à eux, donc qu'ils n'avaient aucunement à s'inquiéter de quoi ils allaient manger ou se vêtir, car Dieu allait prendre soin d'eux (Matthieu 6:19-34). Ils n'étaient donc que pauvres en apparence, étant des fils du Dieu à qui appartient véritablement tout l'or et l'argent, étant leur Créateur, Aggée 2:8.






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes mardi 21 mai 2019