iv>
 
   
 
Psaume 111 - Seigneur, je Te confesserai de tout mon coeur
«.» (v.1). Que signifient ces paroles : «De tout mon coeur ?» Avec toute l'ardeur dont je suis capable, avec un esprit dégagé de toutes les préoccupations de la vie, avec une âme élevée dans les hautes régions qui touchent à Dieu et détachée des liens du corps. «De tout mon coeur.» Ce n'est pas en paroles et de bouche seulement, mais d'esprit et de coeur. C'est dans ce sens que Moïse recommandait au peuple juif d'observer cette loi : «Vous aimerez le Seigneur votre Dieu de tout votre coeur et de toute votre âme.» (Dt 6,5) Le mot grec confession (e¬xomológhsiv), signifie ici action de grâces. Je Te louerai, je Te rendrai grâces. Toute la vie du Roi-prophète s'est passée dans l'accomplissement de ce pieux devoir, c'est par là qu'il commence, c'est par là qu'il finit. Tout son objet, toute son oeuvre a été de rendre grâces à Dieu, tant pour les bienfaits qu'il en avait reçus que pour les grâces accordées aux autres hommes. Dieu n'a rien tant à coeur que l'action de grâces, c'est le sacrifice, c'est l'offrande qui lui sont agréables, c'est la marque d'une âme reconnaissante, c'est un coup mortel porté au démon. Ce qui mérita au saint homme Job sa couronne et sa gloire, c'est que malgré les fléaux multipliés qui tombèrent sur lui, malgré les mauvais conseils de son épouse, il demeura inébranlable, et rendit à Dieu de continuelles actions de grâces, (Jb, 1,21) non seulement au milieu des richesses, mais lorsqu'il fut plongé dans la plus extrême pauvreté; non seulement lorsqu'il jouissait de la santé, mais lorsqu'il fut frappé cruellement dans sa chair; non seulement lorsque tout lui souriait, mais encore au milieu de cette terrible tempête qui vint fondre sur toute sa maison et sur son propre corps. Le signe infaillible d'un coeur reconnaissant est de rendre à Dieu de grandes actions de grâces au milieu même des épreuves et de l'adversité. C'est cette vérité que le Roi-prophète lui-même veut nous faire entendre dans les paroles qui suivent. La plupart des hommes rendent grâces à Dieu tant qu'ils sont heureux, mais si le malheur vient à les toucher, ils le supportent avec peine. Quelques-uns vont même jusqu'à blâmer la Providence dans les événements qu'elle permet. Le Roi-prophète veut nous faire comprendre que cette conduite n'est point la suite de la nature des événements, mais le fait d'un esprit corrompu, et il ajoute : «Dans la société et l'assemblée des justes. Les Oeuvres de Dieu sont grandes.» (Ibid. 2). Il faut ici, nous dit-il, un juge intègre, une assemblée incorruptible, et on reconnaîtra alors que les Oeuvres de Dieu sont grandes et pleines des plus étonnantes merveilles. Leur grandeur tient à leur nature, mais cette grandeur ne paraît qu'aux yeux d'un juge équitable. Quoi de plus lumineux, de plus brillant de sa nature que le soleil ? Et cependant il n'a point cet éclat pour les yeux malades. À qui la faute ? Ce n'est pas au soleil, mais à la maladie qui affaiblit leurs yeux. Lors donc qu'un homme ose devant vous déverser le blâme sur les Oeuvres de Dieu, son injustice n'est point pour vous un motif de vous ériger en censeur des Oeuvres de Dieu, mais la pensée de la Providence divine doit faire ressortir à vos yeux l'extrême folie de cet homme. Celui qui reproche au soleil d'être obscur ne fait aucun tort à cet astre par son jugement, il donne une preuve évidente de son aveuglement. Celui encore qui se plaint de l'amertume du miel ne fait point douter de sa douceur, mais fournit un témoignage certain de la maladie dont il est atteint. Il en est de même de celui qui ose censurer les Oeuvres de Dieu. Le jugement qu'il en porte ne peut affaiblir ni ces oeuvres, ni l'idée qu'on s'en est formée, il ne sert qu'à faire ressortir son extrême folie. Ainsi ceux qui ne jugent pas sainement des Oeuvres de Dieu, ne reconnaissent même pas les miracles dont ils sont témoins. Au contraire, un esprit droit et qui n'a pas été perverti, sera saisi d'admiration devant chacun des prodiges qui paraissent offrir le plus de difficultés.

En effet, qu'y a-t-il dans toute la création qui ne soit vraiment merveilleux ? Si vous le voulez, laissons tout le reste pour nous arrêter aux choses, qui de l'aveu d'un grand nombre sont vraiment pénibles et insupportables, la mort, les maladies, la pauvreté et autres épreuves de ce genre. Un coeur droit les admet sans peine et y trouve un juste sujet d'admiration. La mort est entrée dans le monde à la suite du péché, il est vrai, mais la Puissance de Dieu, sa Bonté, sa Providence, ont eu assez de pouvoir pour la faire servir à l'avantage du genre humain. Dites-moi, en effet, qu'est-ce que la mort a de si pénible ? N'est-elle point la délivrance, de nos peines, la fin de nos soucis ? Entendez l'éloge qu'en fait le saint homme Job : «La mort est un repos pour l'homme dont les voies sont cachées.» (Jb 3,23). Ne met-elle pas un heureux terme au péché ? Qu'un homme ait été mauvais, ses iniquités cessent avec sa mort : «Car celui qui est mort est délivré du péché» (Rm 6,7), c'est-à-dire il ne commet plus désormais de péché. Si, au contraire, un homme vertueux vient à mourir, toutes ses bonnes oeuvres sont en sûreté et Dieu les conserve dans un asile inviolable. D'ailleurs, dites-moi, est-ce que la mort ne rend pas les hommes plus sages et plus modérés ! Vous voyez souvent des riches enflés d'orgueil qui portent la tête haute; mais en présence d'un cadavre nu et immobile, devant des enfants orphelins, une femme veuve, des amis éplorés, des serviteurs revêtus d'habits de deuil, une maison tout entière plongée dans une sombre tristesse, comme ils s'abaissent, comme ils s'humilient, comme leur coeur s'ouvre au repentir ! Mille fois ils avaient entendu les divins Enseignements sans en tirer le moindre profit, et ce spectacle seul leur a rendu l'amour de la sagesse. Ils comprennent toute l'instabilité et la courte durée de la nature humaine, toute la faiblesse et la fragilité de ce que les hommes appellent puissance, et jusque dans les malheurs qui frappent les autres, ils prévoient le sort qui les attend eux-mêmes.

2. Si malgré la perspective assurée de la mort il se commet encore tant de vols, tant de rapines; si comme chez les poissons, les plus forts dévorent les plus faibles, à quels excès se serait portée l'avarice des hommes, s'ils ne devaient point mourir ? Bien qu'ils sachent qu'ils ne jouiront pas toujours des fruits de leurs rapines, mais que bon gré mal gré, ils devront les laisser à d'autres, leur fureur et leur rage d'acquérir ne connaît point de bornes; quel fin mettre à leur coupable cupidité, s'ils les possédaient sans crainte de les perdre ? Eh quoi ! Est-ce que ce n'est pas la mort qui tresse les couronnes du martyre ? Voyez saint Paul, n'a-t-il pas élevé des trophées innombrables, lui qui disait : «Il n'y a point de jour que je ne meure par la gloire que je reçois de vous ?» (1Cor 15,31). Ce n'est point la mort qui est un mal, c'est la mauvaise mort qui est un mal affreux. C'est pour cela que le Roi-prophète dit : «La mort des saints est précieuse aux Yeux de Dieu;» (Ps 115,15); et dans un autre psaume : «La mort des pécheurs est ce qu'il y a de plus funeste.» (Ps 33,22). Il veut nous faire entendre que ce qui est un mal, c'est de quitter cette vie avec une conscience coupable, chargée du souvenir et du poids d'innombrables péchés. Au contraire, celui dont l'âme est pure prend le chemin des récompenses et des couronnes qui lui sont destinées. Voulez-vous une preuve que ce n'est point la nature des choses, mais l'opinion que les hommes s'en forment, qui répand le trouble dans leur âme, entendez l'expression des désirs de saint Paul : « Pendant que nous sommes dans ce corps comme dans une tente, nous gémissons dans l'attente de l'adoption des enfants de Dieu qui sera la rédemption de notre corps.» (2Cor 5,4; Rm 8, 23). Ailleurs encore : «Mais quand même je serais immolé sur le sacrifice et l'offrande de votre foi, je m'en réjouirais et je vous en féliciterais tous. Et vous devriez vous-mêmes en avoir de la joie et vous en réjouir avec moi.» (Ph 2,17-18). Si donc la mort loin d'être pénible, est même désirable pour ceux qui font le bien, combien plus la pauvreté, et les autres épreuves semblables ! b
«Elles sont conformes à toutes ses Volontés.» Un autre interprète traduit : «Elles sont exécutées avec soin.» Le Roi-prophète veut parler ici des créatures dans lesquelles il admire la Sagesse de Dieu. Dans ce qui précède, il avait en vue les oeuvres, les prodiges, les miracles qu'Il accomplit souvent dans le gouvernement du genre humain. (Nous avons cependant indiqué un autre sens pour nous accommoder à la faiblesse d'esprit et au peu d'intelligence d'un certain nombre.) Que signifient ces paroles : «Elles sont faites pour répondre à toutes ses Volontés ?» C'est-à-dire, elles sont exécutées avec un soin scrupuleux, comme traduit un autre interprète, elles sont préparées, disposées, avec une perfection qui ne laisse rien a désirer. Aussi elles sont en tout conformes à la Volonté de Dieu, elles proclament hautement sa Puissance, il n'y a en elles aucun défaut, et elles concourent avec un accord admirable à l'accomplissement des Ordres divins, comme le Roi-prophète le fait remarquer ailleurs : «Le feu, la grêle, la neige, la glace, les vents qui excitent les tempêtes et qui exécutent sa parole,» c'est-à-dire ses ordres. (Ps 148,8). Dans un autre endroit, il s'exprime dans le même sens : «Il a fait la lune pour marquer les temps, le soleil connaît le moment où il doit se coucher. Tu as répandu les ténèbres, et la nuit a été faite.» (Ps 103,19-20). Non seulement les créatures exécutent les Ordres de Dieu, conformes à la fin qu'Il s'est proposée, mais elles obéissent aussi avec une docilité parfaite aux ordres qui sont contraires à cette fin. Dieu a commandé, et non seulement la mer n'a point englouti les Juifs, ce qui est dans sa nature, mais sur ses flots étendus et aplanis elle a tracé une route plus solide que la pierre et qui permit aux Juifs de la traverser. (Ex 14,22). La fournaise où furent jetés les enfants, non seulement ne les brûlait pas, mais faisait tomber sur eux avec un doux murmure une rosée rafraîchissante. (Dn 3,24) Les lions, loin de dévorer Daniel, étaient comme autant de gardes qui le protégeaient. (Dn 5,22). Non seulement la baleine ne dévora point Jonas, mais elle le conserva sain et sauf comme un dépôt qui lui était confié. (Jon 2) La terre ne put supporter Dathan et Abiron; elle fit plus, elle s'ouvrit plus violemment que la mer pour les engloutir, eux et toute leur famille. (Nb 16,32). Nous pourrions encore citer une multitude d'antres prodiges dont la création est tous les jours le théâtre et qui peuvent convaincre ces hommes insensés qui veulent déifier la nature, que ce n'est point à la force aveugle et tyrannique de cette nature, mais à la Volonté de Dieu que tout cède et obéit. La nature est l'oeuvre de la Volonté de Dieu, Il dispose et organise toutes les créatures comme Il l'entend, tantôt Il les conserve dans leur premier état, tantôt Il renverse, lorsqu'Il le veut, l'ordre naturel qu'Il a établi et lui en substitue un tout contraire. «Elles sont disposées dans une parfaite conformité avec toutes ses Volontés,» avec tous ses Préceptes, avec tous ses Commandements. Mais ce n'est pas la seule fin qu'Il s'est proposée, Il veut surtout être connu des hommes, c'est là sa Volonté première et la cause principale de la création. Voici donc le sens des paroles du prophète : Les Oeuvres de Dieu sont si parfaites qu'elles donnent aux âmes attentives et intelligentes la connaissance de Dieu la plus exacte, la plus claire, et la plus évidente. C'est surtout dans cette intention que Dieu a établi l'ordre admirable qui règne dans les créatures, afin que leur grandeur, leur éclat, la position qu'elles occupent, leurs vertus, leurs fonctions, toutes leurs autres qualités, fissent impression sur l'âme du spectateur, que son esprit et son coeur fussent excités à rechercher le Créateur et le suprême artisan de toutes choses, à L'adorer, et que le spectacle extérieur de la création fût pour lui comme un livre ouvert devant ses yeux.

3. Mais les créatures ne se bornent pas à nous faire connaître Dieu, elles nous donnent encore de précieux enseignements pour régler notre vie. Lorsque, par exemple, l'avare verra le jour succéder à la nuit, le soleil à la lune, cet ordre admirable qui règne parmi les éléments le couvrira de honte, et eût-il pour lui la force, il se gardera de convoiter le bien de ceux qui sont au-dessous de lui. Lorsque l'adultère et l'impudique verront la mer en furie se calmer en approchant du rivage qui lui sert de frein, ces flots en courroux qui s'apaisent leur apprendront à comprimer promptement la convoitise qui s'élève comme une vague, à lui jeter le frein salutaire de la crainte de Jésus Christ pour qu'elle n'aille pas plus avant, à dissiper toute l'écume de ces désirs impurs et à les soumettre à l'empire de la chasteté. Jetons maintenant les yeux sur la terre, elle nous offrira un sujet facile de méditations et d'enseignements sur la résurrection des corps. Nous la verrons recevoir le grain de froment à l'état solide, puis dissoudre ce grain et le pourrir pour en faire sortir des grains plus abondants, plus parfaits. Nous verrons encore la vigne dépouillée pendant l'hiver de ses feuilles, de ses tiges grimpantes et de ses grappes, et son bois sec comme des os desséchés; et au retour du printemps, nous la verrons reprendre toute sa beauté. Cette vie qui succède à la mort dans les végétaux et dans les semences nous inspirera d'utiles pensées sur la résurrection de notre chair. La fourmi nous enseignera encore l'amour du travail, l'abeille l'amour de ce qui est beau et les avantages de l'association, comme nous le dit le livre des Proverbes : «Allez à la fourmi, paresseux, imitez sa conduite, et apprenez à devenir plus sage qu'elle. Elle n'a point de champ à cultiver, personne qui la presse, elle n'a ni chef ni maître, elle fait néanmoins sa provision pendant l'été, elle amasse pendant la moisson de quoi se nourrir. Ou bien, allez trouver l'abeille et apprenez d'elle comment elle aime le travail. Les rois et les particuliers recherchent pour la santé le fruit de ses travaux. Et bien qu'elle soit petite et faible, cependant comme elle honore et pratique la sagesse, elle est élevée au-dessus des autres animaux.» (Pr 6,6-8). L'abeille vous apprendra encore à ne point admirer la beauté corporelle lorsque la beauté de l'âme fait défaut, et à ne point mépriser la laideur, lorsqu'elle est compensée par l'éclat intérieur de l'âme. L'auteur des Proverbes exprime la même vérité lorsqu'il dit : «L'abeille est petite entre les animaux qui volent, et néanmoins son fruit l'emporte sur ce qu'il y a de plus doux» (Si 11,3). Considérez encore les oiseaux et apprenez d'eux les leçons de la sagesse. C'est ce qui faisait dire à Jésus Christ : « Considérez les oiseaux des champs, ils ne sèment ni ne moissonnent, et votre Père céleste les nourrit.» (Mt 6,26). Voici des animaux privés de raison qui n'ont aucun souci de la nourriture, quelle excuse donc pourrez-vous apporter, vous qui n'avez pas même pour les choses de la terre la même indifférence que les oiseaux ? Voulez vous apprendre à mépriser la parure, les fleurs des champs vous enseigneront à ne point rechercher les vains ornements du corps. C'est la leçon que Jésus Christ veut vous donner lorsqu'Il vous dit : «Considérez les lis des champs, ils ne filent ni ne travaillent, et cependant Je vous le dis en vérité, Salomon n'a jamais été vêtu comme l'un d'eux.» (Mt 6,28-29). Lors donc que vous serez trop préoccupé de la richesse des vêtements, réfléchissez que, malgré tous vos efforts, la victoire restera à l'herbe des champs, et que vous ne pourrez point lutter avec elle, et vous réprimerez ainsi cette passion insensée. Les animaux, les fleurs, les semences peuvent encore nous donner d'autres leçons non moins utiles de sagesse.

«Son Oeuvre publie sa Gloire et ses louanges;» (Ibid. 3) c'est-à-dire chacune de ses Oeuvres, car le Roi-prophète ne veut point parler d'une seule d'entre elles. Un autre interprète traduit : «Son Oeuvre est digne de louange et de gloire,» et ici «digne de confession,» c'est-à-dire d'actions de grâces et de gloire. En effet, chacune des oeuvres que nous voyons suffit pour exciter dans notre âme des sentiments de reconnaissance, et le désir de louer, de bénir, de glorifier Dieu. Nous n'avons pas à dire : Pourquoi ceci ? À quoi bon cela ? Les ténèbres comme la lumière, la faim comme l'abondance, le désert, les pays inhabités, comme les terres fertiles et couvertes de riches moissons, la vie comme la mort, en un mot tout ce que nous voyons suffit pour nous porter à rendre à Dieu des actions de grâces; vérité que Dieu Lui-même exprimait par son prophète, lorsqu'Il représentait ses Vengeances comme autant de bienfaits. «Je les ai détruits, dit-il, comme Dieu a détruit Sodome et Gomorrhe, Je les ai frappés par un vent brûlant et par des maladies d'entrailles.» (Am 4,11-9). Et dans un autre prophète : «Je les ai tirés de la terre d'Égypte, Je les ai rachetés de la maison de la servitude.» (Mi 6,4). Les châtiments sont ici de véritables bienfaits. Il en est de même de tout ce que nous voyons. Le mobile qui fait agir les hommes est tantôt le désir de faire du bien, tantôt la haine et l'aversion. Dieu, au contraire, agit toujours sous l'impulsion de la bonté. C'est par un sentiment de bonté qu'Il a placé l'homme dans le paradis terrestre, c'est par le même sentiment qu'Il l'en a chassé. C'est également par bonté pour les hommes qu'Il les fit périr dans les eaux du déluge et qu'Il fit tomber sur Sodome le feu du ciel. En un mot, il n'est aucune de ses Oeuvres qui ne soit un bienfait. Le dirai-je ? C'est par bonté pour nous qu'Il nous menace de l'enfer, semblable aux pères qui ne sont pas seulement pères lorsqu'ils caressent leurs enfants, mais lorsqu'ils les châtient, et qui sont aussi bons pères dans le second cas que dans le premier. C'est ce qui faisait dire à saint Paul : «Quel est le fils qui ne soit châtié par son père ?» (He 12,7); et à Salomon : «Le Seigneur châtie celui qu'Il aime, il frappe de verges celui qu'Il reçoit au nombre de ses enfants.» (Pr 3,12). «Sa Justice demeure dans les siècles des siècles.»

4. Le Roi-prophète me paraît s'adresser ici à ceux qui se scandalisent des malheurs qui viennent frapper certaines personnes contre toute espérance, et voici la vérité dont il voudrait les persuader. Ne vous troublez point en voyant des hommes victimes de la calomnie, en butte à l'injustice et à des persécutions qu'ils n'ont pas méritées; car il leur reste un tribunal incorruptible, il leur reste un juge équitable, qui rendra à chacun selon ses oeuvres. Vous voudriez que Dieu Se prononçât dès ici-bas, prenez garde d'attirer sur vous le premier, une sentence de condamnation. En effet, si chaque péché était immédiatement suivi du châtiment, et si Dieu punissait aussitôt chacun des coupables, c'en serait fait depuis longtemps du genre humain. Et il n'est pas besoin de parler ici de tel ou tel pécheur, je ne veux pour prouver cette vérité que l'exemple d'un homme supérieur à tous les autres hommes, l'exemple de Paul, ce prédicateur du monde entier, qui fut ravi au troisième ciel, transporté dans le paradis, à qui Dieu révéla les mystères les plus augustes; l'exemple de Paul, ce vase d'élection, ce conducteur de l'Épouse du Christ qui a mené sur la terre la vie des anges, et s'est élevé à la perfection la plus éminente. Or, si Dieu n'avait point voulu le supporter avec patience, mais qu'Il l'eût condamné comme il le méritait, à l'époque de ses égarements, de ses blasphèmes et de ses persécutions, Il lui aurait ôté tout moyen de faire pénitence. C'est dans cette pensée que cet Apôtre disait : « Je rends grâces à notre Seigneur Jésus Christ qui m'a fortifié, de ce qu'Il m'a jugé fidèle, en m'établissant dans son ministère, moi qui étais auparavant un blasphémateur, un persécuteur, un calomniateur. Mais j'ai obtenu miséricorde, afin que je fusse le premier en qui Jésus Christ fit éclater son extrême Patience, et que j'en devinsse comme un modèle et un exemple à ceux qui croiront en Lui pour la vie éternelle.» (1Tm 12,13,16). Si Dieu encore avait puni aussitôt la femme pécheresse, quand aurait-elle changé de vie ? (Lc 7,27). Et s'Il avait infligé le châtiment qu'il méritait au publicain Matthieu, alors qu'il exerçait encore cette profession, Il l'eût mis dans l'impossibilité de se repentir. (Mt 9,9). On peut en dire autant du larron, des mages et de chaque pécheur. Dieu suspend donc les effets de sa Colère et de sa juste Vengeance, pour inviter les hommes à la pénitence. S'ils demeurent insensibles à cet appel, ils subiront infailliblement le châtiment dû à leurs péchés. C'est donc pour consoler ceux qui sont victimes de l'injustice, et rappeler à leur devoir ceux qui la commettent, que le Roi-prophète ajoute : «Et sa Justice demeure dans les siècles des siècles.» Voici le sens de ces paroles : Vous avez à souffrir de l'injustice; ne désespérez pas, si vous venez à mourir, d'obtenir la justice qui vous est due. Au sortir de cette vie, vous recevrez infailliblement la récompense de vos travaux. Et vous, qui ravissez le bien des autres, dont l'avarice ne connaît point de bornes, et qui semez partout la confusion et le désordre, ne vous flattez point d'échapper à la Justice de Dieu, parce que vous terminez vos jours en paix. Car aussitôt votre mort, vous rendrez compte de tous vos crimes. Dieu est éternel, sa Justice est éternelle comme lui, la mort ne peut en interrompre le cours, qu'elle ait pour objet soit la récompense des peines endurées pour la vertu, soit les supplices réservés au crime.

«Le Seigneur a perpétué le souvenir de ses Merveilles.» Quel est le sens de ces paroles : «Il a perpétué le souvenir de ses Merveilles ?» (Ibid. 4.) Que signifient ces paroles ? Il n'a jamais cessé de faire des miracles; «Il a perpétué le souvenir,» Il n'a jamais interrompu de génération en génération, le cours de ses Prodiges, pour réveiller par ce spectacle extraordinaire, les esprits les plus grossiers. Un esprit élevé et appliqué à l'étude de la sagesse, n'a point besoin de miracles, et c'est à lui que s'appliquent ces paroles : «Bienheureux ceux qui n'ont point vu et qui ont cru.» (Jn 20,29). Mais Dieu dont la Providence s'étend non seulement sur ces derniers, mais sur ceux dont l'esprit est moins ouvert, n'a cessé d'opérer des prodiges dans chaque génération. Le spectacle général de la création est un assez grand miracle sans doute; cependant pour réveiller la tiédeur d'un grand nombre, Dieu a opéré une multitude de miracles au milieu du monde, soit en public, soit en particulier. Citons pour exemples, le déluge, la confusion des langues, l'embrasement de Sodome, les prodiges opérés en faveur d'Abraham, d'Isaac, de Jacob, ceux que Dieu fit pour les Juifs dans l'Égypte, et lorsqu'ils en sortirent; les prodiges dont furent témoins le désert, la Palestine, la Babylonie, le retour de la captivité, l'époque des Macchabées; ceux qui ont suivi l'Avènement de Jésus Christ, où qui l'ont accompagné; ceux qui s'accomplissent encore sous nos yeux, la ruine de Jérusalem, l'établissement de l'Église, la diffusion dans toutes les parties de la terre de la parole de Dieu à qui les orages donnent une nouvelle force et qui s'étend par la persécution; enfin les légions des martyrs et tant d'autres prodiges. On pourrait citer encore bien des miracles particuliers qui se sont opérés soit dans les maisons, soit dans les villes. Mais arrêtons-nous à ceux qui ont un caractère plus général, qui sont d'une évidence incontestable que tous peuvent connaître, et que chaque génération voit s'accomplir. Combien Dieu en a-t-Il opéré sous le règne de Julien dont l'impiété était sans égal ? Combien sous le règne de Maximin ? Combien sous les empereurs qui les avaient précédés ? Rappelez-vous, si vous voulez, les prodiges dont notre temps a été témoin : ces croix imprimées tout à coup sur les vêtements, le temple d'Apollon renversé par la foudre, la translation du saint martyr Babylas, dont le corps était à Daphné, la victoire éclatante remportée sur le démon, la mort subite et extraordinaire de l'intendant du trésor impérial, la fin tragique et violente de l'empereur lui-même, de ce Julien qui avait surpassé tous les autres par son impiété, la mort non moins affreuse de son oncle, ces vers qui fourmillaient, mille autres prodiges, la famine, la sécheresse, la stérilité, le manque d'eau qui en fut la suite et qui désola tant de villes, et une foule d'autres miracles arrivés sur tous les points de la terre. 5. Vous connaissez ceux qui ont eu lieu à cette époque dans la Palestine, lorsque les Juifs entreprirent de reconstruire le temple de Jérusalem qui avait été détruit par un Ordre secret de Dieu; un feu qui jaillissait des fondations chassa tous les ouvriers, et le travail resté inachevé est une preuve de ce miracle. «Le Seigneur est miséricordieux et plein de clémence; Il a donné la nourriture à ceux qui Le craignent.» (Ibid. 5) Après avoir fait connaître les bienfaits dont Dieu a comblé les hommes, tant par ses Miracles que par ses Oeuvres, et le soin tout particulier qu'Il prend de nous, le Roi-prophète s'étend sur ce même sujet; il montre que le Dieu qui a fait de si nombreux et de si grands miracles pour le salut des hommes, qui n'a négligé aucun moyen de les instruire, qui leur a enseigné la connaissance de Dieu et les leçons de la plus haute sagesse, qui protège leur existence, n'agit point ainsi parce qu'Il le doit (ce qui mérite toute notre reconnaissance), mais par un sentiment de miséricorde et d'amour, non pas qu'Il ait besoin de nous, mais par pure bonté. «Il a donné la nourriture à ceux qui Le craignent.» Pourquoi parler ici de ceux qui Le craignent ? Sont-ils donc les seuls qu'Il nourrisse ? N'est-il pas dit dans l'Évangile : «Il fait lever son soleil sur les mauvais et sur les bons, et il répand la pluie sur ceux qui sont justes et sur ceux qui ne le sont pas ?» (Mt 5,45). Pourquoi donc dire ici : «À ceux qui Le craignent ?» Le Roi-prophète parle ici non point de la nourriture du corps, mais de celle de l'âme. Voilà pourquoi il la restreint à ceux qui craignent Dieu, car c'est à eux qu'elle est destinée. C'est qu'en effet, l'âme a sa nourriture comme le corps. En voulez-vous une preuve ? Écoutez ces paroles : «L'homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la Bouche de Dieu.» (Mt 4) Il veut donc parler de cette nourriture que Dieu a donnée surtout à ceux qui Le craignent, sa Doctrine par la prédication de la parole, ses Enseignements qui comprennent toute sagesse. «Il Se souviendra éternellement de son Alliance.» (Ibid. 5). Le psalmiste veut combattre les orgueilleuses prétentions des Juifs et leur enlever tout sujet de vaine gloire, ou plutôt il veut leur montrer que les bienfaits dont Dieu les a comblés ne sont pas dus à leurs propres mérites, mais à l'affection que Dieu avait pour leurs pères, et à l'alliance qu'Il avait faite avec eux : «Il Se souviendra éternellement de son Alliance.» C'est cette vérité que Moïse recommandait aux Juifs à leur entrée dans la terre promise de se rappeler et de méditer sans cesse : «Si vous bâtissez des villes magnifiques, leur disait-il, et si vous acquérez de grandes richesses, ne dites pas en votre coeur : C'est à cause de ma justice que le Seigneur a fait ces choses, mais à cause de l'alliance contractée avec vos ancêtres.» (Dt 9,4-5). Rien de plus coupable qu'une orgueilleuse présomption; aussi Dieu cherche-t-il de toutes manières et en toutes circonstances à la retrancher de notre coeur. «Il a fait connaître à son peuple sa Puissance dans ses Oeuvres,» (Ibid. 6) «en leur donnant l'héritage des nations.» (Ibid. 7). Le Roi-prophète descend ici du général au particulier, des événements qui ont eu pour théâtre le monde entier à ceux qui n'avaient que le peuple juif pour objet; quoiqu'en les considérant avec attention, on puisse les ranger parmi ceux qui intéressent tout l'univers. En effet, les événements qui avaient lieu dans la Judée étaient un enseignement pour les autres peuples, et leurs guerres, leurs trophées, leurs victoires, une véritable prédication pour les esprits attentifs. Car ces événements ne suivaient pas la marche ordinaire des choses humaines, et ils arrivaient contrairement à toutes les prévisions. Aussi, quelle cause naturelle et logique peut-on donner de ces murs qui tombent au son des trompettes; (Jos 6,20); de la victoire et du triomphe de cette femme qui commandait des armées, (Jdt 4), de la victoire de cet enfant qui par une seule pierre lancée par sa fronde, mit fin à la guerre des barbares contre le peuple de Dieu ? Beaucoup d'autres faits non moins extraordinaires s'accomplissaient sous leurs yeux. C'est ainsi qu'ils ont triomphé de leurs ennemis et les ont chassés de la Palestine. Lors donc que le Prophète nous dit : «Il fera connaître à son peuple la puissance de ses Oeuvres,» il veut surtout faire ressortir la Puissance de Dieu, qui non content de chasser ces nations, l'a fait de manière à ce que son peuple pût comprendre (ce que prouvaient suffisamment les événements passés), que c'était la Main de Dieu qui les frappait, et que les victoires qu'ils remportaient sur leurs ennemis étaient dues à ce qu'Il commandait en personne leurs armées. Ce n'était pas seulement par ses paroles qu'Il les instruisait mais par des faits, par leurs chaussures, par leurs vêtements, par leur nourriture, par la lumière qui les éclairait jour et nuit, par la nuée mystérieuse, par les guerres, par la paix, par leurs victoires, par la fécondité qu'Il donnait à leurs terres, par les pluies; tout prenait une voix pour proclamer l'Action divine, et tirer les âmes de leur aveuglement, et ces miracles se succédaient en grand nombre et sans interruption.

«Les oeuvres de ses Mains sont vérité et justice.» Après cet exposé de la Puissance de Dieu, le Roi-prophète rappelle le souvenir de sa Justice, qui aussi bien que sa Puissance, se trouve empreinte sur ses Oeuvres. Ce n'est pas sans motif en effet, que Dieu chassa les nations de la terre qu'elles habitaient, afin de la donner aux Juifs, Il le fit pour de justes raisons. C'est pour cela qu'Il disait dans un des livres de Moïse : «Les Amorrhéens n'ont pas encore mis le comble à leurs iniquités.» (Gn 15,16). Les paroles du Roi-prophète ne doivent pas être restreintes au peuple juif, et aux événements qui leur sont propres : elles ont une signification générale. Toutes les Oeuvres de Dieu, quelles qu'elles soient, sont vérité et jugement, c'est-à-dire justice. L'Écriture prend souvent le mot vérité dans le sens de bonté. Le prophète veut donc nous faire entendre ici que toutes les Oeuvres de Dieu offrent un heureux mélange de justice et de bonté. Car s'Il n'avait pris conseil que de sa justice, tout eût péri infailliblement.

6. C'est ce qui fait dire au Roi-prophète dans un autre endroit : «N'entre pas en jugement avec ton serviteur, car nul homme vivant ne sera justifié en ta Présence.» (Ps 142,2). Et ailleurs encore : «Si Tu examines nos iniquités, Seigneur, Seigneur, qui subsistera devant Toi ?» (Ps 129,3). La justice et la bonté sont donc le principal caractère de toutes les Oeuvres de Dieu. S'Il ne suivait que les règles de sa Justice, rien n'échapperait à une ruine complète; s'Il ne faisait usage que de sa Bonté, elle serait, pour un grand nombre, un motif de relâchement. Il a donc diversifié les moyens de salut, en s'inspirant tour à tour pour le bien des hommes, de la justice et de la bonté. «Tous ses Préceptes sont fidèles.» (Ibid. 7). Le Roi-prophète, suivant sa coutume, passe de la sagesse et de l'ordre qui brille dans le détail si varié de la création, aux lois mêmes de la Providence qu'il entreprend d'exposer. Car ce n'est pas seulement par le spectacle de cette création si riche et si variée, mais en donnant des lois aux hommes, qu'Il leur a tracé une règle sûre de conduite. Aussi dans le psaume dix-huitième, où le Roi-prophète traite ces deux ordres de vérité, il commence par dire : «Les cieux racontent la Gloire de Dieu.» (Ps 8,1). Puis lorsqu'il est arrivé au milieu du psaume, et qu'il a décrit les merveilles de la création, il ajoute : «La Loi du Seigneur est pure, elle convertit les hommes; le Précepte du Seigneur est rempli de lumière, et il éclaire les yeux.» (Ps 18,9). De même ici, après avoir raconté les prodiges et les Oeuvres admirables de Dieu, il entreprend de parler de ses Commandements : «Tous ses Préceptes sont fidèles, ils sont immuables dans tous les siècles, ils sont fondés sur la vérité et sur l'équité.» Ce n'est pas sans intention qu'il dit : «Tous ses Préceptes;» il emploie cette expression, parce qu'il veut embrasser toutes les Lois divines les plus diverses. Il y a en effet les lois données à la création et qu'observe fidèlement tout être créé, le soleil et la lune, le jour et la nuit, les étoiles, la marche régulière de la terre et de la nature. Il y a en second lieu les préceptes donnés à l'homme dès le commencement, lors de la création, et dont saint Paul parle en ces termes : «Lorsque les Gentils qui n'ont point de loi, font naturellement les choses que la loi commande; sans avoir la loi, ils sont à eux-mêmes la loi.» (Rm 2,14). Et ailleurs «Selon l'homme intérieur, Je trouve du plaisir dans la Loi de Dieu.» (Rm 7,22). Il y a enfin les commandements écrits, et tous ces commandements subsistent. Si quelques-uns ont été abrogés, c'est pour être remplacés non point par des lois moins bonnes, mais par des commandements plus parfaits. Ainsi par exemple, ce commandement : «Vous ne tuerez pas,» n'a pas été abrogé mais étendu; cet autre : «vous ne commettrez point d'adultère,» n'a pas été supprimé, mais imposé avec plus de sévérité. (Ex 20,13,14). Voilà pourquoi notre Seigneur disait : «Je ne suis pas venu détruire la loi et les prophètes, mais les accomplir.» (Mt 5,17). En effet, celui qui ne se met pas en colère, à plus forte raison s'abstiendra du meurtre, et celui qui s'interdit tout regard impur, sera bien plus éloigné de commettre l'adultère. Le caractère particulier et distinctif de la loi, quelle qu'elle soit, la loi de la création, la loi de la nature, la loi de la sagesse, ou la loi du Nouveau Testament, c'est l'immortalité et la perpétuité; et notre Seigneur Jésus Christ rend témoignage à cette perpétuelle durée lorsqu'il dit : «Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.» (Mt 24,85) Quand Dieu veut qu'une chose subsiste, la perpétuité lui est assurée, et rien ne peut porter atteinte à son existence.

«Ils sont fondés sur la vérité et sur l'équité.» Que signifient ces paroles : «Sur la vérité et sur l'équité ?» Dans ces commandements, il n'y a ni équivoque, ni ambiguïté, ni obscurité, rien n'y atteste l'affection ou la haine; ils n'ont tous qu'un but, notre utilité, notre avantage. Il n'en est pas ainsi des lois des hommes qui dans plusieurs de leurs dispositions sont nécessairement transitoires, souvent obscures et portent toujours le caractère de l'imperfection humaine. Un grand nombre de ces lois sont l'oeuvre des passions. Le désir de se venger d'un ennemi ou de faire plaisir à un ami, leur a souvent donné naissance. Telles ne sont point les Lois divines, elles sont plus claires que la lumière du soleil, elles n'ont pour objet que l'intérêt de ceux qu'elles obligent, elles leur enseignent le chemin de la vertu, de la vérité, et non celui du mensonge, c'est-à-dire des richesses et des honneurs. Ce sont là des biens passagers, tandis que ceux qui viennent de Dieu sont les seuls véritables; ces lois apprennent aux hommes non pas le secret de devenir riches ou de se procurer les biens d'ici-bas, mais le moyen assuré d'obtenir les biens de la vie future. Elles nous enseignent toutes les règles de la vérité et de la justice sans aucun mélange d'erreur. «Tous ses Préceptes sont fidèles;» que signifie cette expression, «fidèles ?» Fermes, durables. Leur transgression est suivie de près par le châtiment, sans que ces préceptes en soient ébranlés, et si les hommes refusent de les observer, Dieu sait prendre en main leur défense. Ne dites pas que ce sont là de pures menaces où l'exagération a beaucoup de part. Celui qui fait une loi, n'a pas seulement intention de menacer, mais de punir au besoin. Vous ne croyez qu'avec peine aux châtiments à venir, que le passé vous serve ici de leçon. Le déluge du temps de Noé, l'embrasement de Sodome, la destruction des Égyptiens sous Pharaon, la ruine des Juifs, leurs captivités, leurs guerres, étaient-ils de simples menaces ? Ou bien n'ont-ils pas été des châtiments trop réels ? Or, si ces châtiments qui n'étaient que figuratifs, ont eu lieu en réalité, ceux dont ils étaient la figure arriveront d'autant plus certainement que le crime des coupables est plus grand après que Dieu leur a prodigué des remèdes et des grâces extraordinaires. «Le Seigneur a envoyé la rédemption à son peuple.» (Ibid. 9). Dans le sens historique, le prophète veut parler de la liberté rendue aux Juifs; dans le sens anagogique, il s'agit de la délivrance du monde entier, comme nous le voyons dans les paroles suivantes : «Il a conclu avec lui une alliance éternelle.» Il est ici question de la nouvelle alliance, le prophète a parlé de l'ancienne loi et de ses préceptes, mais comme elle n'a point été observée, et n'a fait que provoquer la Colère de Dieu, il ajoute : «Le Seigneur a envoyé la rédemption à son peuple.» C'est ce que notre Seigneur proclamait Lui-même : «Je ne suis pas venu, disait-Il, pour juger le monde, mais pour le sauver.» (Jn 12,47). La loi transgressée attirait nécessairement le châtiment. «La loi, dit saint Paul, produit la colère. Mais où il n'y a pas de loi, il n'y a point de prévarication de la loi.» (Rm 4,15). Et dans un autre endroit : «Tous ont péché, et ont besoin de la Gloire de Dieu.» (Rm 3,23). Voilà pourquoi le Roi-prophète nous dit ici : «Dieu a envoyé la rédemption à son peuple.»

7. Ce n'est pas seulement la rédemption qu'Il nous envoie, Il impose une loi à ceux qu'Il a rachetés afin que notre vie soit digne d'une si grande grâce. «Son Nom est saint et terrible.» Après avoir décrit cette providence, ce soin paternel dont Dieu a donné des preuves si éclatantes, tant dans l'Ancien que dans le Nouveau Testament, dans ses oeuvres, dans ses commandements, comme dans ses prodiges et ses miracles, le Roi-prophète, dans un transport tout divin, dans un sentiment profond d'admiration à la vue de la Grandeur de Dieu, termine ce psaume en célébrant la Gloire du divin Auteur de ces merveilles : «Son Nom est saint et terrible.» C'est-à-dire qu'il inspire l'étonnement et l'admiration. Si son Nom est saint et terrible, combien plus sa Nature divine ! Dans quel sens son Nom est-il saint et terrible ? Les démons le craignent, les maladies le redoutent, et c'est par la vertu de ce Nom que les apôtres ont converti le monde entier. Ce Nom a été l'arme puissante avec laquelle David a terrassé le barbare Philistin; c'est par ce Nom que tant d'actions éclatantes ont été accomplies, c'est par lui que nous sommes initiés aux saints mystères. À la vue des prodiges étonnants opérés par ce Nom, des grâces dont il est la source, des victoires qu'il nous fait remporter sur nos ennemis, de la protection dont il entoure ceux qui l'invoquent, et en repassant dans son âme toutes ces merveilles qui surpassent de beaucoup tout ce que la nature peut faire, tout ce que l'intelligence humaine peut concevoir, il s'écrie : «Son Nom est saint et terrible.» S'il est saint, il faut donc aussi pour le louer des bouches saintes, des lèvres innocentes et pures.

«La crainte du Seigneur est le commencement de la sagesse; une salutaire intelligence éclaire ceux qui la pratiquent.» (Ibid. 10). Que faut-il entendre par ce commencement ? La source, la racine, le fondement. Après cette magnifique énumération des Oeuvres du Maître du monde, qu'il ne peut contempler sans être rempli d'une profonde admiration, le Roi-prophète ajoute ces paroles pour nous apprendre que la crainte du Seigneur remplit l'âme de toute sagesse et de toute prudence. Et n'allez pas vous imaginer que cette sagesse consiste dans une simple connaissance; non, le Roi-prophète ajoute : «Une salutaire intelligence éclaire ceux qui la pratiquent.» En effet, la foi ne suffit pas, si notre vie n'est conforme à ses divins Enseignements. Mais comment la crainte du Seigneur est-elle le commencement de la sagesse ? Parce qu'elle nous délivre de tous les vices pour nous enseigner la pratique de toutes les vertus. Or, la sagesse dont parle ici le prophète n'est pas celle qui ne consiste qu'en paroles, mais la sagesse qui se manifeste par les actions. Les philosophes étrangers à la foi ont eux-mêmes défini la sagesse : la connaissance des choses divines et humaines. Cette science, c'est la crainte de Dieu qui nous l'enseigne en bannissant le vice de notre coeur, pour y déposer les germes de la vertu, nous inspirer le mépris des choses de la terre, et élever nos regards et nos coeurs jusqu'au ciel. Peut-on imaginer une sagesse plus grande ? Remarquez ici que le Roi-prophète ne veut pas qu'on se contente d'écouter, il faut aller jusqu'à la pratique. «Une salutaire intelligence éclaire ceux qui la pratiquent.» C'est-à-dire ceux qui pratiquent la sagesse et qui la manifestent dans leur conduite, font preuve d'une véritable intelligence. «Ils ont une bonne intelligence,» parce qu'il y a en effet une intelligence mauvaise, celle dont parle le prophète : «Ils sont habiles pour faire le mal, mais ils ne savent pas faire le bien.» (Jr, 4,22). Ce que le Roi-prophète demande, c'est une intelligence qui se mette au service de la vertu. «Sa louange subsiste dans tous les siècles.» Quelle est, dites-moi, cette louange ? L'action de grâces, la Gloire éternelle que Dieu S'est acquise par ses Oeuvres, et auparavant celle qui est inhérente à sa Nature divine. Dieu en effet, est immortel et digne par Lui-même de toute louange; Il ne l'est pas moins lorsque vous considérez en vous-même sa souveraine Grandeur; Il l'est également dans ses Oeuvres lorsqu'Il fait éclater sa Sagesse dans le spectacle visible des choses créées. Le prophète veut ici nous exhorter à rendre à Dieu nos actions de grâces, et nous apprendre que ceux qui trouvent à redire à la conduite de la Providence, ne sont dignes d'aucun pardon; puisqu'en effet, la louange, l'action de grâces, la gloire qui sont dues à Dieu, reposent sur des raisons si claires, si évidentes, si fortes et inébranlables, que cette gloire est à l'épreuve du temps et de la mort et qu'elle n'aura d'autres bornes que celles de l'éternité; ceux qui dans leur ignorance osent blasphémer contre elle, contredisent des faits plus éclatants que le soleil, et demeurent dans un aveuglement volontaire. Car ce n'est point là une gloire passagère qui pourrait servir d'excuse à leur ignorance, elle n'est environnée ni de ténèbres ni d'obscurité, elle est manifeste, durable, immortelle, et sa durée est égale à celle de l'éternité.


- Jean Chrysostome






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes vendredi 15 décembre 2017