Le culte de Moloch-Baal
Le culte de Baal (ou Bel), est un terme sémite signifiant maître ou mari. Dans Os.2:16, il désigne l'Éternel qui est présenté comme celui qui va remplacer les Baals dans le coeur d'Israël adultère par un nouveau type de relation ; au lieu de celui maître-esclave, ce sera alors mari-femme.

Os.2:16 En ce jour–là, dit l’Eternel, tu m’appelleras : Mon mari ! et tu ne m’appelleras plus : Mon maître ! (Baali) 17 J’ôterai de sa bouche les noms des Baals, afin qu’on ne les mentionne plus par leurs noms.

Le reste du temps, Baal est une appellation générique d'une divinité païenne utilisée souvent en composé, comme on le remarque dans les Écritures et les récits séculiers. Ce serait trop long tous les nommer, en voici quelques exemples :

Béelzébub, 2R.1:2-16, le dieu des mouches venimeuses, possiblement un surnom dérisoire déformé de l'original «Béelzébul» qui signifiait «dieu du ciel». Béelzébub est désigné comme étant le prince des démons, titre de Satan dans Marc 3:22

Il y a aussi Baal-Peor (No.25:3), le dieu des ouvertures, dans son culte, on s'enivrait, se dénudait et forniquait.

Il y a encore Hammon-Baal (Ca.8:11), le dieu de l'abondance, le terrible dieu carthaginois qui sera traité ici.

Le culte de Baal est très ancien et a duré pendant plusieurs siècles jusqu'à ce que le proconsul romain Scipion en détruise les derniers vestiges dans la colonie phillistine de Carthage (phénicien Kart-Hadasht qui signifie « Nouvelle Ville ») en 209 av. J.C. et ce n'était pas trop tôt. En effet, pour apaiser cette idole monstreuse - faut pas se fier à cette figurine d'apparence banale comme vous allez le lire plus loin... - il fallait pratiquer une sexualité débridée et sacrifier son enfant premier-né (Ez.20:26 et plusieurs autres passages des Écritures), ce qui est confirmé aussi par les écrivains profanes de l'époque, comme Diodore mentionné plus bas dans ce texte.

Le culte de Baal n'existe plus dans cette forme maintenant, mais sa pratique perdure avec diverses variantes ; par exemple, la sexualité débridée reste encore l'appât pour attirer des recrues dans plusieurs sectes. Et que dire des descendants des phillistins qui habitent encore la bande de Gaza ? Ils sacrifient leurs enfants non pas en les brûlant mais en les faisant exploser pour non seulement les tuer mais en tuer d'autres aussi. Et le comble, c'est qu'ils s'imaginent plaire à Dieu ainsi ! C'est bien plutôt Moloch-Baal qui serait ravi ! Et nous, occidentaux, avant de trop s'enorgueillir, rappelons-nous que des millions de bébés se font dépecer avant même de voir le jour, cette pratique étant aussi souvent étroitement reliée à la sexualité débridée.

Voici une citation prise sur la page http://www.heresie.com/baal.htm qui décrit le culte de Baal pratiqué par les carthagénois, vous allez comprendre pourquoi ce culte a tant indigné le Créateur de l'être humain :

En 310, vaincus et assiégés par les Grecs de Sicile, Carthage souffrait de manque d’eau. Les prêtres, pour se faire pardonner leurs péchés par Baal, organisèrent un holocauste, ces sacrifices de grande ampleur (tel est le sens premier du mot) qu’on appelle aussi, dans un vieux terme hébreu passé en langue punique, des Moloch. Selon Diodore, 500 enfants de la noblesse furent exécutés de la plus atroce des façons. Un immense Baal trônait sur la place centrale de la cité. Il était creux, et l’on entretenait à l’intérieur un immense brasier. Les bras de la statue, articulés, emportaient les enfants, encapuchonnés de noir, dans la gorge béante où ils étaient précipités vivants, sous les yeux d’une foule que Diodore de Sicile décrit ivre de joie démente et de folie meurtrière. Selon lui, des hommes et des femmes, rendus fous par la foule surchauffés, se poignardaient mutuellement, se précipitaient dans le bûcher. Baal dut être content : un orage s’abattit sur la ville, noyant la démence collective sous les trombes d’eau et remplissant les citernes. Le plus fou est que ce massacre dément fut fait pour absoudre un péché de la noblesse - toutes les petites victimes, nous l’avons dit, était nobles. Quel péché ? Celui de n’avoir pas perpétué l’antique tradition qui voulait que le premier rejeton de chaque famille noble soit immolé, afin de garantir le destin de la suite de la descendance. Rites de sang et de feu qui choquèrent profondément leurs adversaires grecs - dont les derniers sacrifices humains ne remontaient peut-être pourtant pas si loin. Mais la puissance supposée de ces rites avaient conduit chez les uns comme chez les autres à leur adoucissement, et au remplacement de divinités humaines par des substituts, animaux ou végétaux offerts en ersatz, si l’on ose dire.

Le plus fou est que tout cela recommença, provoquant la même horreur. Si l’histoire ne se répète pas, il lui arrive de bégayer. Au lendemain de la première guerre punique, dans laquelle s’étaient affrontés Carthage et Rome, alors puissance montante en Méditerranée, les mercenaires engagés par Carthage, lassés d’attendre une solde cent fois promise et jamais payée, firent le siège de Carthage, réussissant à prendre la première des trois enceintes. Les mêmes causes produisirent les mêmes effets. Les mercenaires, emmenés par Mâtho - c’est tout le contexte du roman de Flaubert, crevèrent les tuyaux de l’aqueduc qui ravitaillait la cité en eau potable. Plutôt que de payer enfin ses dettes, le Conseil des Anciens décida alors de réitérer le Moloch. Chaque famille de Carthage, et non plus seulement les nobles, dut livrer un enfant pour le sacrifice. Le jour suivant, la foule se pressa en masse sur la place, devant le temple de Moloch. Un pan du mur avait été abattu afin que l’on puisse sortit le Dieu d’airain au grand jour. Le feu avait été entretenu une bonne parti de la nuit. La foule commença à défiler, jetant au feu, à travers l’énorme bouche incandescente, bijoux et richesses. Les offrandes étaient de plus en plus belles, la folie semblait grandir au fur et à mesure. Les prêtres, sur les côtés se balafraient le visage. Des membres du clergé, les Dévoués, s’appliquèrent mille supplices, se perçant la poitrine de pointes de fer, , se fendant les joues, sa lacérant tout le corps. Puis l’on poussa le premier enfant. Un prêtre étendit sa main sur lui, et le chargea de tous les péchés du peuple pour satisfaire la colère de Baal. Partout retentissaient les cris « Seigneur, mange ! », « Verse la pluie, enfante ! »…

Puis tous défilèrent, le visage et le corps masqués pour ne pas voir et pour que dans la foule, aucune mère, aucune sœur ne reconnaisse un fils ou un frère et ne s’effondre en hurlant sa douleur. Il fallait qu’aucun Carthaginois ne faiblisse. On dit qu’il y eut autant de victimes que l’année solaire compte de jours, mais le chiffre fut vite dépassé. Cela dura des heures, et les mercenaires, massés sur la première enceinte, purent voir, horrifiés, le colosse gavé se mettre lentement à rougeoyer, et à vaciller presque, peinant à consumer toutes les victimes de cette folie collective. Les prêtres plongeaient les mains dans les cendres encore chaudes, le rejetant sur la foule amassée au pied de l’édifice. Dans cette frénésie collective, cette ivresse monstrueuse, comme cent ans plus tôt, la soirée ouvrit la voie à une Saint-Barthélémy païenne où les assassinats succédaient aux sacrifices improvisés. Les Carthaginois, gorgés d’horreur, furent là encore récompensés par un orage qui remplit les réservoirs. Le lendemain, les mercenaires levèrent le siège en pataugeant dans la boue. Carthage était sauvée. Baal avait triomphé de ses ennemis.

Il fallut attendre la destruction de la ville, par Scipion, pour que meure le culte de Baal sur la côte africaine autour de Carthage. L’épisode avait tant marqué les esprits que le sol fut maudit, et salé pour que rien, jamais, n’y repousse. Telle était la haine romaine pour la vieille cité punique, qu’il fallut attendre près de 200 ans avant qu’Auguste ne refonde la cité, dont le site était excellent. Ainsi meurent les dieux, quand d’autres dieux plus puissants qu’eux finissent par l’emporter grâce aux peuples qui les révèrent. Mais ils meurent lentement. Combien de pratiques domestiques aujourd’hui disparues perpétuèrent-elle quelque temps les rites maudits de Moloch-Baal ?





Passages bibliques dénonçant les ignobles pratiques du culte de Baal

Lé.18:20 Tu n'auras pas de rapports sexuels avec la femme de ton prochain, pour te souiller avec elle.
21 Tu ne livreras aucun de tes descendants pour le faire passer (par le feu) en l'honneur de Molok et tu ne profaneras pas le nom de ton Dieu. Je suis l'Éternel.
22 Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une horrible pratique.
23 Tu n'auras de rapports sexuels avec aucune bête, pour te souiller avec elle. La femme ne s'approchera pas d'une bête, pour s'accoupler à elle. C'est une confusion.
24 Ne vous souillez par aucune de ces pratiques, car c'est par toutes ces choses que se sont souillées les nations que je chasse devant vous.
25 Le pays en a été souillé; je suis intervenu contre sa faute, et le pays a vomi ses habitants.
26 Vous observerez donc mes prescriptions et mes ordonnances, et vous ne commettrez aucune de ces horreurs, ni l'autochtone, ni l'immigrant qui séjourne au milieu de vous.
27 Car ce sont là toutes les horreurs qu'ont commises les hommes du pays, qui y ont été avant vous; et le pays en a été souillé.
28 Ainsi le pays ne vous vomira pas à cause de vos souillures, comme il aura vomi les nations qui y étaient avant vous. b29 Car tous ceux qui commettront une quelconque de ces horreurs seront retranchés du milieu de leur peuple. 30 Vous observerez mon ordre, et vous ne pratiquerez aucun des horribles principes qui se pratiquaient avant vous; vous ne vous en souillerez pas. Je suis l'Éternel, votre Dieu.

De.18:10 Lorsque tu seras entré dans le pays que l'Éternel, ton Dieu, te donne, tu n'apprendras pas à imiter les pratiques horribles de ces nations-là.
10 Qu'on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui se livre à la divination, qui tire des présages, qui ait recours à des techniques occultes ou à la sorcellerie,
11 qui jette des sorts, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou prédisent l'avenir, personne qui interroge les morts.
12 En effet, quiconque se livre à ces pratiques est en horreur à l'Éternel; et c'est à cause de ces horreurs que l'Éternel, ton Dieu, va déposséder ces nations devant toi.

2Rois 16:2 Ahaz avait vingt ans lorsqu'il devint roi et régna seize ans à Jérusalem. Il ne fit pas ce qui est droit aux yeux de l'Éternel, son Dieu, comme (l'avait fait) David, son père.
3 Il marcha dans la voie des rois d'Israël et fit même passer son fils par le feu, suivant les horribles pratiques des nations que l'Éternel avait dépossédées devant les Israélites.

2Rois 17:13 L'Éternel fit avertir solennellement Israël et Juda par l'intermédiaire de tous ses prophètes, de tous les voyants, et leur dit: Revenez de vos mauvaises voies et observez mes commandements et mes prescriptions, en suivant entièrement la loi que j'ai ordonnée à vos pères et que je vous ai envoyée par l'intermédiaire de mes serviteurs les prophètes.
14 Mais ils n'ont pas écouté et ils ont raidi leur nuque, comme l'avaient fait leurs pères qui n'avaient pas cru en l'Éternel, leur Dieu.
15 Ils ont rejeté ses prescriptions, l'alliance qu'il avait conclue avec leurs pères et les avertissements solennels qu'il leur avait adressés. Ils se sont ralliés à des vanités et se sont rendus (eux-mêmes) vains. Ils se sont ralliés aux nations qui les entouraient et que l'Éternel leur avait défendu d'imiter.
16 Ils ont abandonné tous les commandements de l'Éternel, leur Dieu, ils se sont fait deux veaux en métal fondu, ils ont fabriqué des poteaux d'Achéra, ils se sont prosternés devant toute l'armée des cieux et ils ont rendu un culte à Baal.
17 Ils ont fait passer par le feu leurs fils et leurs filles, ils ont pratiqué la divination et l'occultisme et se sont vendus pour faire ce qui est mal aux yeux de l'Éternel afin de l'irriter.
18 Aussi l'Éternel a-t-il éprouvé une vive colère contre Israël, et les a-t-il écartés de sa face. Il n'est resté que la seule tribu de Juda;
19 et même Juda n'avait pas gardé les commandements de l'Éternel, son Dieu! Ils avaient marché suivant les principes qu'Israël avait pratiqués.
20 L'Éternel a rejeté toute la descendance d'Israël; il les a humiliés, il les a livrés entre les mains des pillards et il a fini par les chasser loin de sa face.

24Le roi d'Assyrie fit venir (des gens) de Babylone, de Kouta, de Avva, de Hamath et de Sepharvaïm. Il les fit habiter dans les villes de Samarie à la place des Israélites. Ils prirent possession de Samarie et habitèrent dans ses villes.
25 Lorsqu'ils commencèrent à y habiter, ils ne craignaient pas l'Éternel, et l'Éternel envoya contre eux les lions qui les tuaient.
26 On dit au roi d'Assyrie: Les nations que tu as déportées et que tu as fait habiter dans les villes de Samarie ne connaissent pas la religion du dieu du pays, et il a envoyé contre elles les lions qui les font mourir, parce qu'elles ne connaissent pas la religion du dieu du pays.
27 Le roi d'Assyrie donna cet ordre: Faites aller là-bas l'un des sacrificateurs que vous avez déportés de là; qu'il aille y habiter, et qu'il leur enseigne la religion du dieu du pays.
28 Un des sacrificateurs qui avaient été déportés de Samarie vint habiter à Béthel et leur enseigna comment ils devaient craindre l'Éternel.
29 Mais les nations firent chacune leurs dieux. Elles les placèrent dans les maisons des hauts lieux bâties par les Samaritains, dans les villes où chacune des nations habitait.
30 Les gens de Babylone firent Soukkoth-Benoth, les gens de Kouth firent Nergal, les gens de Hamath firent Achima,
31 ceux de Avva firent Nibhaz et Tartaq; ceux de Sepharvaïm brûlaient leurs fils par le feu en l'honneur d'Adrammélek et de Anammélek, dieux de Sepharvaïm.
32 Ils craignaient aussi l'Éternel, et ils instituèrent pour eux des sacrificateurs de hauts lieux pris un peu partout: ces sacrificateurs étaient en activité pour eux dans les maisons des hauts lieux.
33 Ainsi ils craignaient l'Éternel, mais rendaient en même temps un culte à leurs propres dieux d'après la coutume des nations d'où on les avait déportés.
34 Ils pratiquent jusqu'à aujourd'hui leurs premiers usages. Ils ne craignent point l'Éternel et ne pratiquent ni leurs prescriptions et leur coutume, ni la loi et les commandements donnés par l'Éternel aux fils de Jacob qu'il appela du nom d'Israël.
35 L'Éternel avait conclu une alliance avec eux et leur avait donné cet ordre: Vous ne craindrez pas d'autres dieux; vous ne vous prosternerez pas devant eux, vous ne leur rendrez pas de culte et vous ne leur offrirez pas de sacrifices.
36 Mais vous craindrez l'Éternel, qui vous a fait monter du pays d'Égypte avec une grande puissance et à bras étendu; c'est devant lui que vous vous prosternerez et c'est à lui que vous offrirez des sacrifices.
37 Vous observerez et mettrez toujours en pratique les prescriptions, les ordonnances, la loi et le commandement qu'il a écrits pour vous, et vous ne craindrez pas d'autres dieux.
38 Vous n'oublierez pas l'alliance que j'ai conclue avec vous, et vous ne craindrez pas d'autres dieux.
39 Mais vous craindrez l'Éternel, votre Dieu, et il vous délivrera de la main de tous vos ennemis.
40 Ils n'ont pas obéi et ils pratiquent leur première coutume.
41 Ces nations craignaient l'Éternel et rendaient un culte à leurs statues. Leurs fils et les fils de leurs fils agissent jusqu'à aujourd'hui comme leurs pères ont agi.

2Rois 21:1 Manassé avait douze ans lorsqu'il devint roi et il régna cinquante-cinq ans à Jérusalem. Le nom de sa mère était Hephtsiba.
2 Il fit ce qui est mal aux yeux de l'Éternel, (il se livra) aux horribles pratiques des nations que l'Éternel avait dépossédées devant les Israélites.
3 Il rebâtit les hauts lieux que son père Ézéchias avait fait disparaître, il éleva des autels à Baal, il fit un poteau d'Achéra, comme l'avait fait Achab, roi d'Israël, et il se prosterna devant toute l'armée des cieux et lui rendit un culte.
4 Il bâtit des autels dans la maison de l'Éternel, dont l'Éternel avait dit: C'est à Jérusalem que je placerai mon nom.
5 Il bâtit des autels à toute l'armée des cieux dans les deux parvis de la maison de l'Éternel.
6 Il fit passer son fils par le feu; il tirait des présages et pratiquait l'occultisme. Il établit des gens qui évoquaient les morts et qui prédisaient l'avenir. Il fit de plus en plus ce qui est mal aux yeux de l'Éternel, afin de l'irriter.
7 Il mit la statue d'Achéra qu'il avait faite dans la maison dont l'Éternel avait dit à David et à son fils Salomon

2Rois 23:4 Le roi (Josias) ordonna au souverain sacrificateur Hilqiya, aux sacrificateurs de second ordre et aux gardiens du seuil, de sortir du temple de l'Éternel tous les objets qui avaient été faits pour Baal, pour Achéra et pour toute l'armée des cieux; il les brûla hors de Jérusalem, dans les terrains du Cédron, et en fit porter la poussière à Béthel.
5 Il supprima les prêtres institués par les rois de Juda alors qu'on brûlait des parfums sur les hauts lieux dans les villes de Juda et aux environs de Jérusalem et ceux qui brûlaient des parfums à Baal, au soleil, à la lune, au zodiaque et à toute l'armée des cieux.
6 Il sortit de la maison de l'Éternel le poteau d'Achéra, qu'il transporta hors de Jérusalem vers la vallée du Cédron; il le brûla dans la vallée du Cédron et le réduisit en poussière. Il en jeta la poussière sur la tombe des gens du peuple.
7 Il abattit les maisons des prostitués qui étaient dans la maison de l'Éternel, et où les femmes tissaient des housses pour le poteau d'Achéra.
8 Il fit venir tous les sacrificateurs des villes de Juda; il souilla les hauts lieux où les sacrificateurs brûlaient des parfums, depuis Guéba jusqu'à Beér-Chéba; il rendit impurs les hauts lieux des portes, celui qui était à l'entrée de la porte de Josué, chef de la ville, à gauche de la porte de la ville.
9 Toutefois les sacrificateurs des hauts lieux ne montaient pas à l'autel de l'Éternel à Jérusalem, mais ils mangeaient des pains sans levain au milieu de leurs frères.
10 Le roi rendit impur le Topheth dans la vallée du fils de Hinnom, afin que personne ne fasse plus passer son fils et sa fille par le feu en l'honneur de Molok.
11 Il supprima de l'entrée de la maison de l'Éternel les chevaux que les rois de Juda avaient consacrés au soleil, près de la chambre du chambellan Netân-Mélek, qui se trouvait dans les annexes; et il brûla au feu les chars du soleil.
12 Le roi abattit les autels qui étaient sur le toit de la chambre haute d'Ahaz et que les rois de Juda avaient faits, et les autels qu'avait faits Manassé dans les deux parvis de la maison de l'Éternel. Après les avoir brisés (et enlevés) de là, il en jeta la poussière dans la vallée du Cédron.
13 Le roi rendit impurs les hauts lieux qui étaient en face de Jérusalem, sur la droite de la montagne de Destruction, et que Salomon, roi d'Israël, avait bâtis à Astarté, l'abomination des Sidoniens, à Kemoch, l'abomination de Moab, et à Milkom, l'horrible (idole) des Ammonites.
14 Il brisa les stèles, coupa les poteaux d'Achéra et remplit d'ossements humains la place qu'ils occupaient.
15 De même en ce qui concerne l'autel qui était à Béthel et le haut lieu qu'avait fait Jéroboam, fils de Nebath, qui avait fait pécher Israël: il abattit cet autel et le haut lieu; il brûla le haut lieu et le réduisit en poussière, et il brûla le poteau d'Achéra.
16 Josias se tourna et vit les tombes qui étaient là dans la montagne, envoya prendre les ossements dans les tombes et les brûla sur l'autel; il le rendit impur, selon la parole de l'Éternel proclamée par l'homme de Dieu; c'étaient bien là les paroles qu'il avait proclamées.
17 Il dit: Quel est ce monument que je vois? Les gens de la ville lui répondirent: C'est la tombe de l'homme de Dieu qui est venu de Juda et qui a proclamé contre l'autel de Béthel ces choses que tu as accomplies.
18 Il dit alors: Laissez-le; que personne ne touche à ses os! On préserva de la sorte ses os ainsi que les os du prophète qui était venu de Samarie.
19 Josias fit encore disparaître toutes les maisons des hauts lieux qui étaient dans les villes de Samarie, et qu'avaient faites les rois d'Israël pour irriter (l'Éternel); il agit à leur égard en tout point comme il avait agi à Béthel.
20 Il immola sur les autels tous les sacrificateurs des hauts lieux qui s'y trouvaient, et il y brûla des ossements humains. Puis il retourna à Jérusalem.

Ez.16:20 Tu as pris tes fils et tes filles, que tu m'avais enfantés, et tu les leur as sacrifiés pour qu'ils les dévorent! N'était-ce pas assez de tes prostitutions?
21 Tu as égorgé mes fils et tu les as donnés, en les faisant passer (par le feu) en leur honneur.

Ez.20:23 Dans le désert, c'est aussi moi qui leur ai fait serment à main levée de les disséminer parmi les nations et de les disperser en (divers) pays,
24 parce qu'ils ne mettaient pas en pratique mes ordonnances, parce qu'ils rejetaient mes prescriptions, profanaient mes sabbats et qu'ils continuaient à attacher leurs yeux sur les idoles de leurs pères.
25 C'est aussi moi qui leur ai donné des prescriptions qui n'étaient pas bonnes et des ordonnances par lesquelles ils ne pouvaient pas vivre.
26 Je les souillai par leurs dons, quand ils faisaient passer (par le feu) tous leurs aînés; je voulus ainsi les plonger dans la désolation et leur faire reconnaître que je suis l'Éternel.
27 C'est pourquoi parle à la maison d'Israël, fils d'homme. Tu leur diras: Ainsi parle le Seigneur, l'Éternel: Vos pères m'ont encore outragé, en se montrant infidèles à mon égard.
28 Je les ai conduits dans le pays que j'avais fait serment à main levée de leur donner, et ils ont jeté les yeux sur toute colline élevée et sur tout arbre touffu. C'est là qu'ils ont fait leurs sacrifices, qu'ils ont présenté leurs oblations qui m'irritaient, qu'ils ont offert leurs sacrifices d'agréable odeur et qu'ils ont répandu leurs libations.
29 Je leur dis: Qu'est-ce que ce haut lieu pour lequel vous marchez pendant des lieues? Et on leur a donné le nom de «hauts-lieu», jusqu'à ce jour.
30 C'est pourquoi dis à la maison d'Israël: Ainsi parle le Seigneur, l'Éternel: Ne vous souillez-vous pas à la manière de vos pères et ne vous prostituez-vous pas en suivant leurs abominations?
31 En présentant vos dons, en faisant passer vos enfants par le feu, vous vous souillez jusqu'à ce jour par toutes vos idoles. Et moi, je me laisserais consulter par vous, maison d'Israël! Je suis vivant! --oracle du Seigneur, l'Éternel, je ne me laisserai pas consulter par vous.
32 Il n'y aura pas de réalisation à ce que vous imaginez, quand vous dites: Nous voulons être comme les nations, comme les clans des autres pays, nous voulons rendre un culte au bois et à la pierre.

Ez.23:36 L'Éternel me dit: Fils d'homme, Jugeras-tu Ohola et Oholiba? Fais-leur la description de leurs horreurs,
37 Car elles se sont livrées à l'adultère, Et il y a du sang à leurs mains: Elles ont commis l'adultère avec leurs idoles; De plus, leurs fils qu'elles m'avaient enfantés, Elles les ont fait passer (par le feu) à leur intention, Pour qu'ils soient dévorés.
38 Voici encore ce qu'elles m'ont fait: Elles ont souillé mon sanctuaire dans le même jour Et ont profané mes sabbats.
39 Tout en immolant leurs fils à leurs idoles, Elles sont allées le même jour dans mon sanctuaire Pour le profaner. C'est là ce qu'elles ont fait au beau milieu de ma Maison.










Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes le mardi 22 juillet 2014