Le Saint-Esprit reçu par l'imposition des mains




Nous avons seulement deux exemples bibliques relatant la réception du Saint-Esprit par l'imposition des mains des apôtres.

Premier exemple


L'évangéliste Philippe était allé prêcher dans les villes de la Samarie, Actes 8:5 et y avait fait de nombreux miracles, v.6-7. Plusieurs s'étaient convertis à Jésus et avaient par la suite passé par le baptême d'eau, v.12-13 au nom de Jésus, v.16, sans recevoir le Saint-Esprit, v.15.

Les apôtres Pierre et Jean prièrent tout d'abord pour les Samaritains convertis, v.15 ensuite il les imposèrent les mains et ils reçurent le Saint-Esprit v.17 avec des manifestations externes de dons spirituels qui ne sont pas mentionnés mais qui étaient assez évidentes pour que le magicien Simon «voit» que le Saint-Esprit était donné par l'imposition des mains des apôtres, v.18. Les Pentecôtistes soutiendront qu'ils ont dû parler en langues, c'est tout à fait probable car ce serait une preuve irréfutable pour les Juifs que les Samaritains ont reçu le Saint-Esprit aussi bien qu'eux. On ne peut pas certainement prouver le contraire juste en disant que cela n'est pas spécifié ! Ce serait un argument basé sur une fausse logique.

Voici un exemple de logique faussée dans le même style que personne n'oserait soutenir ; dans le deuxième sermon de Pierre dans Actes 3 où 2000 personnes se sont convertis, il n'est pas fait mention du baptême d'eau ni de la réception du Saint-Esprit, alors que cela est mentionné dans Actes 2 pour les 3000 convertis lors du premier sermon de Pierre. Devrait-on conclure que les 2000 ne se sont pas faits baptiser au nom de Jésus et qu'ils n'ont pas reçu le Saint-Esprit? Bien sûr que non !

Conclusion, l'omission n'est jamais un argument valable pour affirmer qu'une chose ne s'est pas produite. Les 2000 qui se sont convertis ont aussi été baptisés et ont aussi reçu le Saint-Esprit. Appliquons la même logique pour les Samaritains qui avaient reçu le Saint-Esprit par l'imposition des mains de Pierre et de Jean, et acceptons qu'ils ont aussi parler en langues et que ce soit de cette manière que Simon a vu que le Saint-Esprit était donné par l'imposition des mains.

Actes 8:5 Philippe, étant descendu dans la ville de Samarie, y prêcha le Christ. 6 Les foules tout entières étaient attentives à ce que disait Philippe, lorsqu'elles apprirent et virent les miracles qu'il faisait. 7 Car des esprits impurs sortirent de plusieurs démoniaques, en poussant de grands cris, et beaucoup de paralytiques et de boiteux furent guéris. 8 Et il y eut une grande joie dans cette ville. 9 Il y avait auparavant dans la ville un homme nommé Simon, qui, se donnant pour un personnage important, exerçait la magie et provoquait l'étonnement du peuple de la Samarie. 10 Tous, depuis le plus petit jusqu'au plus grand, l'écoutaient attentivement, et disaient: Celui-ci est la puissance de Dieu, celle qui s'appelle la grande. 11 Ils l'écoutaient attentivement, parce qu'il les avait longtemps étonnés par ses actes de magie. 12 Mais, quand ils eurent cru à Philippe, qui leur annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu et du nom de Jésus-Christ, hommes et femmes se firent baptiser. 13 Simon lui-même crut, et, après avoir été baptisé, il ne quittait plus Philippe, et il voyait avec étonnement les miracles et les grands prodiges qui s'opéraient. 14 Les apôtres, qui étaient à Jérusalem, ayant appris que la Samarie avait reçu la parole de Dieu, y envoyèrent Pierre et Jean. 15 Ceux-ci, arrivés chez les Samaritains, prièrent pour eux, afin qu'ils reçussent le Saint-Esprit. 16 Car il n'était encore descendu sur aucun d'eux; ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus. 17 Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent le Saint-Esprit. 18 Lorsque Simon vit que le Saint-Esprit était donné par l'imposition des mains des apôtres, il leur offrit de l'argent, 19 en disant: Accordez-moi aussi ce pouvoir, afin que celui à qui j'imposerai les mains reçoive le Saint-Esprit. 20 Mais Pierre lui dit: Que ton argent périsse avec toi, puisque tu as cru que le don de Dieu s'acquérait à prix d'argent! 21 Il n'y a pour toi ni part ni lot dans cette affaire, car ton coeur n'est pas droit devant Dieu. 22 Repens-toi donc de ta méchanceté, et prie le Seigneur pour que la pensée de ton coeur te soit pardonnée, s'il est possible; 23 car je vois que tu es dans un fiel amer et dans les liens de l'iniquité. 24 Simon répondit: Priez vous-mêmes le Seigneur pour moi, afin qu'il ne m'arrive rien de ce que vous avez dit. 25 Après avoir rendu témoignage à la parole du Seigneur, et après l'avoir prêchée, Pierre et Jean retournèrent à Jérusalem, en annonçant la bonne nouvelle dans plusieurs villages des Samaritains.

Deuxième exemple

Actes 19:1 Pendant qu'Apollos était à Corinthe, Paul, après avoir parcouru les hautes provinces de l'Asie, arriva à Ephèse. Ayant rencontré quelques disciples, 2 il leur dit: Avez-vous reçu le Saint-Esprit, quand vous avez cru? Ils lui répondirent: Nous n'avons pas même entendu dire qu'il y ait un Saint-Esprit. 3 Il dit: De quel baptême avez-vous donc été baptisés? Et ils répondirent: Du baptême de Jean. 4 Alors Paul dit: Jean a baptisé du baptême de repentance, disant au peuple de croire en celui qui venait après lui, c'est-à-dire, en Jésus.
5 Sur ces paroles, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus.
6 Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient.

L'apôtre Paul leur pose tout d'abord une question importante :

«Avez-vous reçu le Saint-Esprit, quand vous avez cru?»

Derek Prince pense que Paul posait régulièrement cette question. En fait, on en a aucune idée, c'est bien possible, c'est cependant le seul exemple qu'on a rapporté dans les Écritures. En fait, c'était une bonne question à poser, car en demandant s'ils avaient reçu le Saint-Esprit quand ils avaient cru, Paul pouvait vérifier ainsi si les gens qui se déclaraient des disciples avaient bien été enseignés. Le chapitre précédent, dans Actes 18 nous en donne un exemple, le cas d'Apollos :

Actes 18:24 Un Juif nommé Apollos, originaire d'Alexandrie, homme éloquent et versé dans les Ecritures, vint à Ephèse. 25 Il était instruit dans la voie du Seigneur, et, fervent d'esprit, il annonçait et enseignait avec exactitude ce qui concerne Jésus, bien qu'il ne connût que le baptême de Jean. 26 Il se mit à parler librement dans la synagogue. Aquilas et Priscille, l'ayant entendu, le prirent avec eux, et lui exposèrent plus exactement la voie de Dieu. 27 Comme il voulait passer en Achaïe, les frères l'y encouragèrent, et écrivirent aux disciples de le bien recevoir. Quand il fut arrivé, il se rendit, par la grâce de Dieu, très utile à ceux qui avaient cru; 28 Car il réfutait vivement les Juifs en public, démontrant par les Ecritures que Jésus est le Christ.

Apollos n'était pas un cas isolé. Il y avait beaucoup de gens qui avaient passé par le baptême de Jean sans être passé par le baptême au nom de Jésus.

Matthieu 3:5 Les habitants de Jérusalem, de toute la Judée et de tout le pays des environs du Jourdain, se rendaient auprès de lui [Jean-Baptiste];

Luc 3:21 Tout le peuple se faisant baptiser [par Jean-Baptiste]

Il ne faut donc pas s'étonner qu'il y en ait eu plusieurs qui ne s'étaient pas adonnés à être présents à Jérusalem la fête de la Pentecôte quand le Saint-Esprit était descendu. Les moyens de communication étaient limités alors, ils ont pu passer ainsi des années avant de rencontrer des chrétiens. La question de Paul lui a permis de voir où ces disciples étaient rendus sur le plan spirituel ; la réponse qu'il reçut lui révéla que c'étaient des disciples de Jean-Baptiste, comme Apollos, qui ne connaissaient pas le baptême d'eau au nom de Jésus. Alors Paul leur expliqua :

Actes 19:4 Alors Paul dit: Jean a baptisé du baptême de repentance, disant au peuple de croire en celui qui venait après lui, c'est-à-dire, en Jésus. 5 Sur ces paroles, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus.

Ça ne prend pas de temps pour être prêt au baptême, il suffit d'expliquer le plan du salut. Après, s'ils décident de devenir disciples de Jésus, on les baptise comme l'a ordonné Jésus dans Matthieu 28:19.

Matthieu 28:19 Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, 20 et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit.

Ensuite, Paul leur a imposé les mains pour qu'ils reçoivent le Saint-Esprit, comme Pierre et Jean l'avaient fait avec les Samaritains.

Actes 19:6 Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient.

Remarquez que ces disciples ont non seulement parler en langues mais qu'ils ont aussi prophétisé. Suite à leur exemple, devrait-on penser que nous devons tous aussi prophétiser quand nous recevons le Saint-Esprit ?

Est-ce que dans Actes 2, les 3000 lors du premier sermon de Pierre ont parlé en langues ? Ont-ils prophétisé ? Et qu'en est-il des 2000 suivants dans Actes 3 ? Luc n'en mentionne pas un mot, mais il cite Pierre rapportant la prophétie de Joël.

Actes 2:16 Mais maintenant se réalise ce que le prophète Joël a annoncé: 17 Voici ce qui arrivera dans les derniers jours, dit Dieu: Je répandrai de mon Esprit sur tout être humain; vos fils et vos filles deviendront prophètes, je parlerai par des visions à vos jeunes gens et par des rêves à vos vieillards. 18 Oui, je répandrai de mon Esprit sur mes serviteurs et mes servantes en ces jours-là, et ils seront prophètes.

Alors même si cela n'est pas mentionné ailleurs que dans Actes 19, on peut être certains que plusieurs ont prophétisé en plus de parler en langue, d'autant plus que la prophétie est plus important que le parler en langue (1Corinthiens 14:5). Vous comprenez maintenant qu'on ne peut pas prouver le contraire avec l'argument de l'omission. On en peut pas non plus prouver qu'il faut parler en langues et qu'il faut prophétiser pour montrer qu'on a reçu le baptême du Saint-Esprit, sinon on devrait statuer qu'aucun sourd-muet ne peut être baptisé du Saint-Esprit ! L'argument de l'omission s'applique donc des deux côtés. Personne ne peut se servir de ces textes pour affirmer que le baptême du Saint-Esprit est nécessairement accompagné du parler en langues. Personne ne peut non plus se servir de ces textes pour affirmer que le baptême du Saint-Esprit n'est jamais accompagnée du parler en langues.

Est-ce que l'imposition des mains est nécessaire pour recevoir le Saint-Esprit ? Elle ne le fut pas dans le cas de Corneille et des siens, en tous cas.

Actes 10:43 Tous les prophètes rendent de lui le témoignage que quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon des péchés. 44 Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la parole. 45 Tous les fidèles circoncis qui étaient venus avec Pierre furent étonnés de ce que le don du Saint-Esprit était aussi répandu sur les païens. 46 Car ils les entendaient parler en langues et glorifier Dieu. (10-47) Alors Pierre dit: 47 Peut-on refuser l'eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit aussi bien que nous? 48 Et il ordonna qu'ils fussent baptisés au nom du Seigneur. Sur quoi ils le prièrent de rester quelques jours auprès d'eux.

Revenons à premier exemple de baptême du Saint-Esprit par l'imposition des mains... Réfléchissons sur ce qui s'est passé en Samarie. Les disciples savaient depuis des années que des Samaritains étaient prêts à reconnaître Jésus comme sauveur du monde, relisez Jean 4. La dernière chose que Jésus avait dite à ses disciples avant de monter au ciel c'est qu'ils seraient ses témoins à Jérusalem, en Judée, en Samarie et jusqu'au bout du monde après la Pentecôte, Actes 1:8, mais ses disciples avaient compris cette parole comme d'aller prêcher seulement aux juifs qui sont dispersés dans la Samarie et dans toutes les nations. Les apôtres étaient encore accrochés à l'idée que Jésus était venu seulement pour les juifs, comme Il l'avait dit à la syro-phénicienne.

Matthieu 15:24 Jésus répondit: Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues du peuple d’Israël.

C'est Philippe qui a décidé finalement d'aller prêcher la Bonne Nouvelle aux Samaritains et cela a plu évidemment à Dieu, comme la suite du récit le démontre. Si les apôtres avaient été plus sensibles au Saint-Esprit, ils auraient été eux-mêmes en Samarie, les Samaritains auraient pu recevoir le Saint-Esprit suivant leur baptême au nom de Jésus, comme cela se faisait habituellement. C'était aux apôtres d'ouvrir le royaume des cieux aux Samaritains, comme c'était aussi aux apôtres d'ouvrir le royaume des cieux aux païens, mais ceux-ci étaient très réticents à le faire à cause de leur culture juive qui tenait les Samaritains en la plus haute aversion et les païens comme impurs.

Donc, devant cette entêtement des apôtres à demeurer à Jérusalem, le Saint-Esprit a finalement regardé ailleurs et fait appel à Philippe pour réaliser la prophétie de Jésus d'aller porter l'évangile en Samarie. Rempli du Saint-Esprit, l'obéissant Philippe fait fi des gigantesques barrières culturelles et bouleverse toute la Samarie par son message et les miracles qui l'accompagnaient, Actes 8:6-7. Hommes et femmes reçurent la Parole de Dieu (Actes 8:14) et se firent baptiser au nom du Seigneur Jésus (Actes 8:12).

Les apôtres en entendent parler à Jérusalem et désignent Pierre et Jean pour aller vérifier ce qui s'était passé. La seule raison logique pour laquelle le Saint-Esprit n'était pas encore descendu sur les Samaritains, c'était à cause de la résistance des apôtres. Les apôtres, Pierre et Jean étaient les deux plus influents à cette époque, ils devaient voir que le Saint-Esprit avait aussi été donné aux Samaritains comme à eux pour faire fondre leurs préjugés tenaces et en être convaincus sans l'ombre d'un doute. C'était tout un choc pour un juif que Dieu veuille accueillir dans l'église les Samaritains qu'ils haïssaient depuis des siècles. Dieu a alors attendu leur arrivée pour que les deux apôtres constatent que les Samaritains ont reçu le Saint-Esprit de la même manière qu'eux et qu'ils ont leur part entière dans l'Église. Finalement, en retournant à Jérusalem, les apôtres ont dû se faire à l'idée, ils ont prêché l'évangile dans les villages de Samarie, Actes 8:25, rien de moins avait pu les convaincre de le faire, même pas le commandement de Jésus dans Actes 1:8 qu'ils avaient limité aux juifs en Israël et à ceux qui avaient été dispersés dans les autres pays.

Vous voyez à quel point c'est difficile de renverser des faux raisonnements, même chez des apôtres !?

Dans Actes 10, il a fallu que le Seigneur Jésus a trois reprises disent en songe à Pierre que les païens n'étaient pas impurs ! Autrement, jamais il n'aurait suivi les envoyés de Corneille et encore moins entré chez lui pour parler de Jésus à toute sa maisonnée. Les Juifs chrétiens de Jérusalem ne pensaient pas autrement, ils l'ont vertement critiqué d'avoir "commis le sacrilège" d'entrer dans la maison d'un païen (Actes 11:2-3). Pour eux, Pierre s'était souillé, il était maintenant impur ! Pierre a dû leur raconter de long en large comment c'était Jésus qui l'avait convaincu d'y aller et comment le Saint-Esprit l'avait confirmé en descendant sur les païens exactement comme cela leur était arrivé à la Pentecôte. Seulement ainsi, il arriva à les calmer.

Actes 11:15 Lorsque je me fus mis à parler, le Saint-Esprit descendit sur eux, comme sur nous au commencement. 16 Et je me souvins de cette parole du Seigneur: Jean a baptisé d'eau, mais vous, vous serez baptisés du Saint-Esprit. 17 Or, puisque Dieu leur a accordé le même don qu'à nous qui avons cru au Seigneur Jésus-Christ, pouvais-je, moi, m'opposer à Dieu? 18 Après avoir entendu cela, ils se calmèrent, et ils glorifièrent Dieu, en disant: Dieu a donc accordé la repentance aussi aux païens, afin qu'ils aient la vie.

Notez le petit mot «donc» au verset 18, il est bien là dans le texte original grec aussi.

Actes 11:18 Dieu a donc accordé la repentance aussi aux païens, afin qu'ils aient la vie.

Ils étaient vraiment convaincus du contraire, ils étaient vraiment persuadés que le salut était seulement pour les Juifs qui suivaient la loi de Moïse et qui croyaient en Jésus (Actes 21:20) ! Voilà comment des faux raisonnements empêchaient les apôtres d'obéir à Jésus en allant évangéliser les Samaritains et les païens. Mais Dieu est plus grand que nous, il finit toujours par renverser les forteresses dans nos pensées, cf. 2Corinthiens 10:3-5. À lui la gloire !



Compteur installé le 24 novembre 2019

Nombre de visites - 19





Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes mercredi 11 décembre 2019