Prière selon la volonté de Dieu


Gordon, S.D.

Le but de la prière c'est de faire que la volonté de Dieu soit faite.

La première chose dans la prière c'est de trouver la volonté de Dieu. La seconde chose c'est d'en faire le but de notre prière. Nous voulons trouver ce que Dieu pense, et ensuite réclamer que cela soit accompli.

Les racines de la prière reposent dans l'unité de but. Dieu en haut, Son Fils victorieux à ses côtés, et l'homme ici-bas, en un contact si sympathique que Dieu peut penser Ses pensées dans la pensée de l'homme, et avoir Ses désirs répétés sur la terre alors que cet homme est en train de prier.

Kai-shek, Chiang, Mme

J'avais l'habitude de prier que Dieu puisse faire ceci ou cela. Maintenant je prie que Dieu me fasse connaître sa volonté.

Ménandre 342-292

Ne laisse pas se produire ce que je souhaite mais ce qui est correct.

Fénélon, 1651-1715 François de Salignac de La Mothe

Prier... est désirer; mais c'est désirer ce que Dieu veut qu'on désire. Celui qui ne désire pas du fond du coeur, offre une prière trompeuse.

Taggart, William C.

Souhaiter n'est pas prier. La prière n'est pas non plus la simple résignation de ce que vous croyez la volonté de Dieu.

Moody, Dwight L.

Répandez vos requêtes devant Dieu, et dites ensuite: «Que ta volonté soit faite». La leçon la plus douce que j'ai apprise à l'école de Dieu est de laisser le Seigneur choisir pour moi.

Oldham, G. Ashton

La prière est l'agent principal et l'activité par laquelle les hommes s'alignent eux-mêmes sur le plan de Dieu.

La prière n'est pas de plier la volonté de Dieu à la nôtre, mais notre volonté à la sienne.

La prière ne consiste pas à bombarder les murs du ciels pour des avantages personnels. Plutôt c'est l'engagement personnel d'accomplir Ses objectifs.

Austen, Jane

Accorde nous la grâce, Père tout-puissant, de prier de manière à être entendu.

MacArthur, John

Un des dilemmes que les chrétiens ont débattu depuis des siècles, c'est si Dieu accomplit sa volonté que nous prions ou pas. Personne ne comprend précisément comment fonctionne la prière dans le plan et la pensée infinis de Dieu. Ce qui nous semble un mystère sans espoir n'est pas un dilemme pour Dieu. Mais cela ne signifie pas que les théologiens n'aient pas essayé de résoudre le dilemme.

Deux visions doctrinales ont été offertes pour élucider cette question. Une vision met l'emphase sur la souveraineté de Dieu, et dans son application extrême soutient que Dieu va agir selon sa volonté parfaite, peu importe la manière que les hommes vont prier ou même s'ils ne prient pas. Ainsi, la prière n'est rien de plus que de se mettre au diapason de la volonté de Dieu. À l'extrême opposé, la vision est que les actions de Dieu nous concernant sont largement déterminées par nos prières. Notre plaidoyer persistant fera que Dieu interviendra en notre faveur d'une manière qu'il ne l'aurait pas fait autrement.

La Bible est sans équivoque au sujet de l'absolue souveraineté de Dieu, cependant à l'intérieur de sa souveraineté, il nous commande d'exercer notre volonté responsable dans certains domaines, incluant celui de le supplier dans la prière. Si Dieu n'agissait pas en réponse à la prière, l'enseignement de Jésus sur la prière serait futile et insignifiant et toutes les injonctions de prier seraient sans but. Notre tâche n'est pas de résoudre le dilemme sur la manière que la souveraineté de Dieu agit avec la responsabilité humaine, mais de croire et agir sur ce que Dieu nous ordonne au sujet de la prière.

Est-ce que la volonté de Dieu est inévitable ?

Certains chrétiens professants ont de l'amertume parce qu'ils perçoivent la volonté de Dieu comme leur étant imposée, comme un divin dictateur accomplissant sa souveraineté, sa volonté égoïste pour son peuple. Leur prière est suscitée par un sentiment de compulsion, croyant qu'ils ne peuvent échapper l'inévitable. Le commentateur William Barclay a écrit: «Un homme pourrait dire: "Que ta volonté soit faite", sur un ton de résignation défaitiste. Il pourrait le dire, non pas parce qu'il souhaite le dire, mais parce qu'il a accepté le fait qu'il ne peut pas possiblement dire quelque chose d'autre ; il peut le dire parce qu'il a accepté le fait que Dieu est trop fort pour lui, et qu'il est inutile de se frapper la tête contre les murs de l'univers.»

Une telle perspective reflète un manque de connaissance concernant la manière que Dieu interagit vraiment avec son peuple.

D'autres croyants, cependant, ne ressentent pas d'amertume concernant la volonté de Dieu. Ils le perçoivent comme un Père aimant et qui prend soin d'eux, ayant leur meilleur intérêt en pensée. Cependant, ils sont aussi résignés parce qu'ils perçoivent sa volonté comme étant la force inéluctable, inchangeable et irrésistible dans leur vie, par conséquent, ils pensent que leurs prières ne feront aucune différence. Ils prient pour que sa volonté soit faite seulement parce qu'il leur a ordonné de le faire. Mais ce n'est certainement pas une prière de foi; c'est plus une prière de capitulation. Les croyants qui prient de cette manière acceptent la volonté de Dieu avec une attitude défaitiste.

Trop de croyants ont une vie de prière faible parce qu'ils ne croient pas que leurs prières accomplissent quoi que ce soit. Ils offrent une requête au Seigneur concernant un sujet et ensuite l'oublient, agissant comme s'ils savaient d'avance que Dieu ne serait pas du tout incité de leur octroyer ce qu'ils ont demandé. Même aux premiers temps de l'Église, quand la foi était généralement forte et vitale, la prière pouvait être passive et sans attente. Quand l'apôtre Pierre était emprisonné à Jérusalem, un groupe de croyants concernés se rencontrèrent dans la maison de Marie, la mère de Marc, pour prier pour sa libération. (Ac.12:12). Alors qu'ils priaient, un ange du Seigneur libéra Pierre de ses chaînes. Pierre vint cogner à la porte, mais ils ne crurent pas au départ que cela pouvait être lui. Ils étaient abasourdis de le voir. Apparemment, ils priaient pour une chose qu'ils ne croyaient pas possible d'arriver.

La prière n'est pas une vaine tâche à faire juste par obéissance. Cela peut sembler un bon motif, mais son effet n'est pas différent des pharisiens hypocrites qui priaient juste pour se faire voir. Nous devons prier avec foi, croyant que notre prière fait vraiment une différence pour Dieu. Pour préserver ses disciples d'une telle résignation passive sans inspiration, Jésus a donné à ses disciples la parabole de la veuve et du juge inique «pour montrer qu'il faut toujours prier, et ne point se relâcher.» (Lu.18:1). Cette femme n'était certainement pas prête à accepter ses circonstances telles qu'elles étaient, il a donc persisté dans son plaidoyer avec le juge pour qu'il traite son problème. Nous devons posséder la même perspective quand nous prions pour que la volonté de Dieu se fasse sur la terre.

En fait, le manque de prière fidèle inhibe la volonté de Dieu parce que dans son sage et gracieux plan, la prière est essentielle au bon fonctionnement de sa volonté sur la terre.

Trop de croyants perçoivent la souveraineté de Dieu d'une manière fataliste, pensant que ce qui doit arriver arrivera. Chaque tragédie vient de la main de Dieu, par exemple, maladie, tremblement de terre. Mais une telle attitude détruit la prière et l'obéissance fidèles. Ce n'est pas une vision élevée de la souveraineté de Dieu mais une vision destructrice et sans appui biblique de celle-ci.

Prier pour que la volonté de Dieu se fasse sur la terre, c'est se rebeller contre l'idée, promulguée même parmi certains évangéliques, que virtuellement toute chose mauvaise et corrompue que nous faisons ou subissons est d'une certaine manière la volonté de Dieu et devrait être acceptée de sa main avec des actions de grâce. Mais rien de mauvais, aucun péché ne vient jamais de la main de Dieu, seulement de la main de diable. Quand nous prions pour la justice, nous prions contre l'iniquité.

Je dois ajouter un avertissement de peur que vous portiez cette idée de rébellion contre le mal dans le monde trop loin. Si nous devons réagir négativement contre le mal et enjoindre Dieu à accomplir sa volonté sur terre, nous ne devrions pas essayer d'accomplir la volonté de Dieu à sa place. Ce n'est pas notre responsabilité, ni notre but, de changer la culture en essayant d'établir le royaume de Dieu sur la terre. Nous ne sommes pas appelés non plus à débarrasser notre culture du mal en utilisant la désobéissance civile pour se rebeller contre elle. Une telle rébellion est une désobéissance envers Dieu et sa Parole (Ro.13:1-5, 1Pi.2:13-17). Plutôt, laissons notre rébellion se manifester dans nos prières et dans les activités qui sont justes et permises par la loi.

Malheureusement, notre propre volonté est souvent le problème dans la recherche de sa volonté. Parce que nous vivons dans une culture qui est fière de son aisance et de son confort, nous désirons notre part du gâteau. Il en résulte que nous avons tendance à percevoir la prière comme étant importante seulement pour faire une différence dans nos circonstances plutôt que la différence que cela peut faire en nous et pour la gloire de Dieu. Par conséquent, quand Dieu ne répond pas à nos prières immédiatement comme nous le souhaiterions, nous perdons la passion nécessaire pour persévérer dans l'intercession.

Si vous voulez avoir cette passion dans vos prières, vous devez réaliser que le bénéfice réel de la prière n'est pas les changements que Dieu peut faire dans vos circonstances, mais les changements qu'il fera en vous et dans votre perception de ces circonstances. Quand il vous attire dans la conformité à sa personne bénie et sa volonté, vos circonstances, peu importe à quel point elles peuvent sembler insurmontables au départ, ne seront plus votre priorité. C'est parce que votre attitude concernant les circonstances sera différente.

Quand vos prières sont enracinées dans votre foi en Dieu - quand vous croyez qu'il va vous écouter et répondre à vos prières - vous priez avec la bonne attitude et perspective. La plus grande entrave à la prière n'est pas le manque de technique, le manque de connaissance biblique, ou même le manque d'enthousiasme pour l'oeuvre du Seigneur, mais le manque de foi. Nous ne prions tout simplement pas avec l'attente que nos prières feront une différence dans nos vies, dans l'église ou dans le monde.

Rheault, Yvan

Prière selon la volonté de Dieu bonne, agréable et parfaite Ro.12:2

Que quiconque croit en Jésus et ait la vie éternelle Jn.6:40

Que tous soient sauvés 1Ti.2:4, (Promesse sur laquelle se basait George Müller dans ses prières pour les perdus)

Que tous soient sanctifiés 1Th.4:3 en s'abstenant des convoitises 1Pi.4:2, 1Jn.2:17

Que tous se donnent au Seigneur et aux frères 2Co.8:5

Que tous pratiquent le bien pour faire taire les adversaires 1Pi.2:15

Que ses enfants vivent en paix Ps.35:7

Que nous marchions dans ses voies Ps.25:4,12, Mi.6:8.

David

Psaume 68:28 Ton Dieu ordonne que tu sois puissant, Donne la puissance, ô Dieu, à ce que tu fais pour nous !

Rheault, Yvan

Prier au nom de Jésus c'est associer Jésus à notre prière. Prier au nom de Jésus, c'est faire la prière de Jésus et non la nôtre. Faire donc attention à ce que nous disons dans nos prières. Demander au nom de Jésus pour satisfaire nos passions c'est une abomination, c'est associer Jésus à nos passions et profaner son saint nom.

Jean

1Jn.5:14 si nous demandons quelque chose SELON SA VOLONTÉ, il nous écoute. 15 Et si nous savons qu'il nous écoute, quelque chose que nous demandions, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée.

David

Psaume 25:7 Éternel, fais-moi connaître tes voies, enseigne-moi tes chemins, conduis-moi dans la vérité et instruis-moi. Ne te souviens pas des péchés de ma jeunesse ni de mes révoltes. Souviens-toi de moi selon ta bienveillance, à cause de ta bonté, Éternel !






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes dimanche 22 Octobre 2017