iv>
 
   
 
Prier les morts
Il n'y a aucun passage biblique qui nous encourage à avoir recours aux chrétiens morts pour solliciter des faveurs et des révélations.

Examinons tout d'abord Ap.5:8-14. Le contexte immédiat dans lequel ces prières sont apportés sont la louange et l'adoration par toutes les créatures (humains, anges et animaux compris) parce que Dieu va répondre aux prières de ces saints :

Ap.5:8 Quand il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l'agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d'or remplies de parfums, qui sont les prières des saints. 9 Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant: Tu es digne de prendre le livre, et d'en ouvrir les sceaux; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation; 10 tu as fait d'eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre. 11 Je regardai, et j'entendis la voix de beaucoup d'anges autour du trône et des êtres vivants et des vieillards, et leur nombre était des myriades de myriades et des milliers de milliers. 12 Ils disaient d'une voix forte: L'agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l'honneur, la gloire, et la louange. 13 Et toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, sous la terre, sur la mer, et tout ce qui s'y trouve, je les entendis qui disaient: A celui qui est assis sur le trône, et à l'agneau, soient la louange, l'honneur, la gloire, et la force, aux siècles des siècles! 14 Et les quatre êtres vivants disaient: Amen! Et les vieillards se prosternèrent et adorèrent.

Les catholiques y voient l'intercession en faveur des chrétiens restés sur la terre dans la prière des saints, la suite contextuelle montre plutôt que la prière de ces saints est de demander à Dieu d'exercer son jugement (Ap.6:9-11) et c'est justement ce qui réjouit toutes les créatures de voir enfin Jésus "recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l'honneur, la gloire, et la louange".

Voici dans la suite du contexte de Ap.5:8-14, au chapitre suivant, le seul passage biblique où l'on peut lire que des saints, des chrétiens décédés s'adressent à Dieu et ils sont loin de prier pour les habitants de la terre !

Ap.6:9 Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été égorgés à cause de la parole de Dieu et du témoignage rendu. 10 Ils crièrent d'une voix forte: Jusques à quand, Maître saint et véritable, tardes-tu à faire justice et à venger notre sang sur les habitants de la terre? 11 Une robe blanche fut donnée à chacun d'eux, et il leur fut dit de se tenir en repos quelque temps encore, jusqu'à ce que soient au complet leurs compagnons de service et leurs frères qui allaient être mis à mort comme eux.

On pourrait donc supposer que s'ils demandent à Dieu de punir ceux qui leur ont fait du mal, ils pourraient aussi demander à Dieu de bénir ceux qui leur sont chers. Tant mieux pour nous s'ils le font, mais ce n'est vraiment pas ce qui occupait la pensée de ces saints et le contenu de leurs prières présentées à Dieu par les anges d'après la réaction des créatures dans Ap.5 et d'après tout le reste de ce livre qui en est un de colère et de jugement.

Je vous accorde que tous les chrétiens décédés n'ont pas seulement la vengeance à la pensée, tous les chrétiens ne meurent pas martyrs ! Mais que font-ils là-haut ? Ils sont supposés se reposer de leurs oeuvres et on les ferait travailler bien plus fort encore que sur la terre en lui adressant des milliers de prières ? Pas reposant !

Ap.14:13 J'entendis du ciel une voix qui disait: Écris: Heureux les morts qui meurent dans le Seigneur, dès à présent! Oui, dit l'Esprit, afin qu'ils se reposent de leurs travaux, car leurs oeuvres les suivent.

En tous cas, si dans la présence de Dieu, ils sont bien réveillés, depuis notre perspective, ils se reposent bel et bien, en fait, ils dorment (1Th.4:13-17 et Lazare dans Jn.11:11-14). S'ils dorment en rapport à nous, c'est alors qu'ils ne peuvent pas nous entendre, rien ne sert de les prier. Ma femme m'a prié plusieurs fois d'arrêter de ronfler et je ne l'ai jamais entendu et là on parle juste du sommeil éphémère ! Parlez autant que vous voulez à un chrétien endormi du sommeil de la mort, il ne vous entendra parler, il dort profondément en ce qui nous concerne sur la terre. Et si jamais il vous entend, vous allez être le premier étonné, car il pourrait faire comme Lazare quand il a entendu Jésus l'appeler ! Ça s'est vu depuis, d'après des témoignages récents.

Parfois on pense à Moïse et Élie qui discutaient avec Jésus sur la montagne, cela n'est pas convaincant, ils ne se sont pas adressés aux 3 apôtres et ceux-ci ne leur ont pas parlé non plus. Pierre s'adresse à Jésus, et même cela était inconvenant puisque Dieu lui-même interrompt Pierre en faisant entendre sa voix du ciel.

Mt.17:1 Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère et il les conduisit à l'écart sur une haute montagne. 2 Il fut transfiguré devant eux: Son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. 3 Moïse et Élie leur apparurent, ils s'entretenaient avec lui. 4 Pierre prit la parole et dit à Jésus: Seigneur, il est bon que nous soyons ici; si tu le veux, je dresserai ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. 5 Comme il parlait encore, une nuée lumineuse les enveloppa. Et voici qu'une voix sortit de la nuée qui disait: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection. Écoutez-le!

Vous n'êtes pas convaincus ? Peut-être pensez-vous que ceux qui dorment du sommeil de la mort peuvent nous entendre quand même sans ressusciter des morts ? Je suis prêt à vous l'accorder, il y a un précédent biblique en effet. Mais je ne contredis pas pour autant mon affirmation du départ "Il n'y a aucun passage biblique qui nous encourage à avoir recours aux chrétiens morts pour solliciter des faveurs et des révélations" et vous allez comprendre bien vite pourquoi. Voici le passage biblique en question ; dans l'Ancien Testament, on a l'exemple de Saul qui fait revenir Samuel d'entre les morts pour lui demander conseil.

1Samuel 28:3 Samuel était mort; tout Israël lui avait fait des funérailles, et on l'avait enseveli à Rama, dans sa ville. Saül avait éliminé du pays ceux qui évoquaient les morts et ceux qui prédisaient l'avenir. 4 Les Philistins se rassemblèrent et vinrent camper à Sunem: Saül rassembla tout Israël, et ils campèrent à Guilboa. 5 A la vue du camp des Philistins, Saül fut saisi de crainte, et un violent tremblement s'empara de son coeur. 6 Saül consulta l'Éternel; et l'Éternel ne lui répondit pas, ni par des songes, ni par l'ourim, ni par les prophètes. 7 Saül dit à ses serviteurs: Cherchez-moi une femme qui évoque les morts, et j'irai l'interroger. Ses serviteurs lui dirent: A Eyn-Dor il y a une femme qui évoque les morts. 8 Alors Saül se déguisa, prit d'autres vêtements et partit avec deux hommes. Ils arrivèrent de nuit chez la femme. Saül lui dit: Pratique la divination pour moi en évoquant un mort et fais-moi monter celui que je te dirai. 9 La femme lui répondit: Voici: tu sais ce que Saül a fait, comment il a retranché du pays ceux qui évoquent les morts et ceux qui prédisent l'avenir; pourquoi donc tends-tu un piège à ma vie pour me faire mourir? 10 Saül lui fit un serment par l'Éternel en disant: L'Éternel est vivant! La faute dans cette affaire ne retombera pas sur toi. 11 La femme dit: Qui veux-tu que je te fasse monter? Et il répondit: Fais-moi monter Samuel. 12 Lorsque la femme vit Samuel, elle poussa un grand cri et dit à Saül: Pourquoi m'as-tu trompée? Tu es Saül! 13 Le roi lui dit: Sois sans crainte! Mais que vois-tu? La femme dit à Saül: Je vois un être divin qui monte de la terre. 14 Il lui dit: Quelle apparence a-t-il? Elle répondit: C'est un vieillard qui monte, et il est enveloppé d'un manteau. Saül reconnut que c'était Samuel et il s'inclina, le visage contre terre et se prosterna. 15 Samuel dit à Saül: Pourquoi m'as-tu troublé en me faisant monter? Saül répondit: Je suis dans une grande détresse: les Philistins me font la guerre, et Dieu s'est écarté de moi; il ne m'a répondu ni par l'intermédiaire des prophètes ni par des songes, et je t'ai appelé pour que tu me fasses connaître ce que je dois faire. 16 Samuel dit: Pourquoi donc me consultes-tu, puisque l'Éternel s'est écarté de toi et qu'il est devenu ton adversaire? 17 L'Éternel a pris ses dispositions comme il te l'a dit par mon intermédiaire; l'Éternel a déchiré la royauté d'entre tes mains et l'a donnée à l'un de tes proches, à David. 18 Puisque tu n'as pas écouté la voix de l'Éternel et que tu n'as pas infligé l'ardeur de sa colère à Amalec, l'Éternel t'inflige aujourd'hui ceci. 19 Et même l'Éternel livrera Israël avec toi entre les mains des Philistins. Demain, toi et tes fils, vous serez avec moi, et l'Éternel livrera le camp d'Israël entre les mains des Philistins.

C'est donc possible d'entrer en contact avec des morts, en tous cas, Dieu l'a permis dans cette situation particulière, mais ce fut loin d'être une grâce qu'il a accordé à Saul. D'ailleurs, Samuel le reprend vertement "Pourquoi donc me consultes-tu". Quand il s'agit de trouver des passages contre le recours aux gens décédés pour recevoir de l'aide, alors là on n'a pas besoin de chercher bien longtemps. Es.8:19 est spécialement révélateur puisqu'il dit de consulter Dieu plutôt que quelqu'un de décédé.

Esaïe 8:19 Si l'on vous dit: Consultez ceux qui évoquent les morts et ceux qui prédisent l'avenir, qui poussent des sifflements et des soupirs, Répondez: Un peuple ne consultera-t-il pas son Dieu? S'adressera-t-il aux morts en faveur des vivants?

On pourrait apporter comme objection qu'on ne prie pas les morts quand on prie un chrétien qui est rendu au ciel parce que pour le Seigneur, ils sont vivants :

Matthieu 22:31 Pour ce qui est de la résurrection des morts, n'avez-vous pas lu ce que Dieu vous a dit: Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, et le Dieu de Jacob? Dieu n'est pas Dieu des morts, mais des vivants.

Jean 11:25 Jésus lui dit: Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort;

1Th.4:14 Car, si nous croyons que Jésus est mort et qu'il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont morts. 15 Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d'après la parole du Seigneur: nous les vivants, restés pour l'avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts. 16 Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d'un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement.

Je ferai remarquer ici que ces textes disent bien qu'ils seront vivants seulement à la résurrection des morts, donc pour le moment, ils sont bien morts et ils dorment, car pourquoi dirait-on d'eux qu'ils dorment s'ils nous entendaient comme s'ils étaient réveillés ? Pourquoi cette image du sommeil s'ils sont encore en contact avec le même monde que nous ? Ça n'a pas de sens, car le propre de celui qui dort c'est bien de ne rien entendre de ce qui se passe autour de lui dans la vraie vie, il est dans son "monde" à lui, dans ses rêves. Pensez à ceux que Paul exhorte :

Ep.5:14 C'est pourquoi il est dit: Réveille-toi, toi qui dors, relève-toi d'entre les morts, et le Christ resplendira sur toi.

Dans le contexte, Paul parle de ceux qui vivent dans les ténèbres de la nuit spirituelle, comme s'ils dormaient, car ils n'entendent plus la voix de l'Esprit, ils marchent selon la chair, ils sont comme endormis du sommeil de la mort avec les païens parce qu'ils se comportent comme eux et ils ont besoin d'être réveillés. Ceux qui dorment dans le Seigneur, vivent maintenant dans le monde spirituel du Seigneur, dans son royaume qui n'est pas de ce monde. Donc, à moins que Dieu en décide autrement, et cela serait surprenant d'après les passages qu'on va regarder maintenant, ils ne leur est pas permis de nous entendre et encore moins nous exaucer.

Donc, si les chrétiens décédés sont en train de dormir présentement, il est parfaitement inutile de les prier pour leur demander de l'aide, ex. prier St-Jude "le patron des causes désespérés".

S'il y a quelqu'un qu'on devrait prier dans des causes désespérées ce serait bien Dieu lui-même, il me semble, non ?

2Co.1:8 Nous ne voulons pas, en effet, vous laisser ignorer, frères, au sujet de la tribulation qui nous est survenue en Asie, que nous avons été excessivement accablés, au delà de nos forces, de telle sorte que nous désespérions même de conserver la vie.
9 Et nous regardions comme certain notre arrêt de mort, afin de ne pas placer notre confiance en nous-mêmes, mais de la placer en Dieu, qui ressuscite les morts.
10 C'est lui qui nous a délivrés et qui nous délivrera d'une telle mort, lui de qui nous espérons qu'il nous délivrera encore,
11 vous-mêmes aussi nous assistant de vos prières, afin que la grâce obtenue pour nous par plusieurs soit pour plusieurs une occasion de rendre grâces à notre sujet.

On voit ici la bonne théologie de la prière, les frères vivants intercèdent en demandant à Dieu la protection pour les autres frères, l'espérance est placée en Dieu, pas en un ou des chrétiens décédés qui dorment en attendant la résurrection, fusse-t-il St-Jude. A qui revient le mérite, la gloire quand la prière est exaucée ? A celui qui a été invoqué, bien sûr. Je considère cela comme une prière aux morts, même si c'est à un chrétien mort. D'ailleurs même si le chrétien ne dort pas et qu'il est vivant, jamais la Bible enseigne de prier un chrétien à la place de prier Dieu. Le verbe grec prier (proseuchô) est employé exclusivement pour la prière à Dieu le Père dans le Nouveau Testament, j'ai vérifié.

Pour vous aider à comprendre le raisonnement catholique, je laisse ici la parole à un catholique fervent qui fait de son mieux pour défendre le recours aux saints décédés tout en reconnaissant que certaines dévotions dérapent même à ses yeux :

Premier commentaire
La prière via les saints fonctionne exactement pareil que la prière des frères : adressée à Dieu par le Christ, bien sûr !! Par ailleurs, elle n’est pas obligatoire : c’est selon ta sensibilité. Tu passes une épreuve, peut être éprouveras-tu le besoin de la confier à la prière de tes amis. Le principe avec les saints du ciel est le même, élargi au Corps tout entier. Ce n’est pas un carcan, et ça ne doit absolument pas interférer avec la prière à Dieu. En général, les prières liturgiques (hors la Messe (...)) se contentent de mentionner les « saints du jour » en fin d’office (la première place est à Dieu) pour faire mémoire de l’action de Dieu en eux et par eux (à Dieu va la Gloire). Exception faite de Marie à laquelle après certains offices est adressée une courte demande d’intercession. Ceci modèle (normalement) la pratique privée du catholique. Dieu premier servi !"
Deuxième commentaire
Maintenant venons en aux défunts, morts en Christ. Lorsque je lis la Bible à leur sujet je vois de nombreux aspects décrits.

D’abord, j’ai en arrière fond de ma pensée, en permanence deux idées forces : « Il n’est pas un Dieu des morts, mais des vivants » Marc 12/27 et « Je suis la Résurrection. Qui croit en moi, même s’il meurt vivra ; et quiconque vit et croit en moi, ne mourra jamais. Le crois-tu ? » (Jean 11/25-26.). Et encore : « En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort ». Par conséquent, celui qui est au Christ est vivant à jamais ! Le Christ dit au Larron : « Aujourd’hui, tu seras avec moi dans le Paradis ». Cela implique qu’il est au Ciel par la Grâce de Dieu, puisque le Christ est remonté vers le Père.

En bref, celui qui est au Christ a la vie éternelle, c’est à dire qu’il est assis avec lui dans les Cieux. Je crois que tout cela est synonyme, adaptation des réalité céleste à notre langage incapable de décrire l’Invisible sans image. Maintenant, lorsque je regarde la «description du défunt chrétien » dans la Bible, je vois des choses qui semblent contradictoires : tantôt activité, tantôt repos.... Récapitulons, si tu veux bien : - d’un côté Lazare « dort », Etienne s’endort dans la mort, ceux qui dorment sont ceux qui sont morts en 1Th4, etc... - De l’autre côté, je lis en de nombreux passages, une certaine activité des morts : Moïse, décédé, n’est-il pas sur la montagne avec Elie et Jésus ? Ne voit on pas un dialogue entre Lazare, le mauvais riche et Abraham se tenir dans l’Hadès ? Les vivants en Christ ne lui rendent-ils pas grâce, selon le mot du psaume : « Le vivant lui te rend grâce », impression confirmée par l’Apocalypse montrant les 24 anciens (les prophètes pour de nombreux commentateurs, ou en tout cas, toujours des humains) se prosterner, adorer Dieu ou encore en Ap7/13 une foule immense qui sont les gens qui ont lavé leur robe dans le sang de l’Agneau adorer Dieu alors qu’ils sont morts et pas encore ressuscités ? On voit dans Apocalypse 18/20 une invitation à se réjouir du Triomphe de Dieu, invitation adressée aux morts : apôtres, prophètes, saints (ici donc, « saints » ne semble pas limité aux vivants) ? Ou encore Hébreux 12/1 qui explique que nous sommes entourés d’une nuée de témoins, alors que tout le chapitre 11 vient d’énumérer les témoins... endormis dans la mort depuis belle lurette : le présent des témoin qui nous entourent (qui n’est pas sans rappeler le présent du « Dieu des vivants ») contraste avec l’aspect « refroidis » des témoins en question (Il parait d’ailleurs que l’expression grecque utilisée pour dire que les témoins nous entourent renvoie à ceux qui encourageaient les athlètes dans les jeux antiques ????).

Comment penser alors ? Il me semble que lorsque l’on parle de « dormir », on parle du défunt extérieurement, physiquement. Cela se comprend fort bien : le mort a l’aspect de celui qui se repose. Bref, on parle plus de l’état « externe » de la personne. Inversement, lorsque nous les voyons actifs, il me semble que cela a trait à leur activité céleste, avant la résurrection. D’ailleurs que penser d’une vie « endormie » pour l’âme : endormie alors que nous sommes vivants en Christ ?

A propos de l’intercession des morts, il n’est pas question de placer son espérance en dehors de Dieu ... Les morts sont comme les vivants : ils intercèdent pour nous. Car nous sommes tous vivants en Christ, membres à jamais de son Corps, inséparables les uns des autres, ayant les uns pour les autres une sollicitude mutuelle comme le dit Paul en 1Co12. Certes nous pensons que Marie a un poids particulier pour l’intercession par exemple. Mais c’est bien normal puisque la prière du juste a du poids devant Dieu (cf. épîtres de Jacques 5/16) ! Or ceux qui sont aux Ciel sont devenus immaculés par la Grâce de Dieu. Ceci dit, ils ne sont que nos auxiliaires : c’est à Dieu que s’adresse la prière. Si je peux te dire : « STP, prie pour moi la Seigneur parce que je vais passer tel examen », je peux dire aussi « Saint machin, prie pour moi le Seigneur notre Dieu », ou « Saints et saintes de Dieu, priez pour moi le Seigneur » (l’ambiguïté du verbe prier en français n’aide pas beaucoup : « Passe moi le sel je te prie... » ;-D ).

En réalité, la vision catholique voit tout sous le chef qui est le Christ et auquel tout dans le Ciel et sur la terre est soumis. En bref, je dirais que la Communion des saint qui est primordiale dans la notion de Corps du Christ ne saurais être brisée par la mort : « Ni la mort ni la vie, ni présent ni avenir, ... rien ne nous séparera de l’amour de Dieu manifesté en Jésus Christ. »

Maintenant, si on « prie » un saint d’intercéder pour nous, qui en tirera gloire ? La saint ? Est-ce par la vertu du saint que la prière sera exaucée ou par la puissance de Dieu ? Alors la gloire de l’intercession : à Dieu ou au saint ?

Très franchement, je crois que dans la Charité de la foi, ces questions ne se posent pas : là encore, si je te demande de prier pour moi, et que la prière est exaucée, que se passe t il ? Je te serai reconnaissant de m’avoir épaulé dans tel épreuve ; mais je sais que la réalisation, c’est bien Dieu qui la donne. Il n’est pas interdit de rendre à l’homme son du. Dieu lui même le fait, et sa Gloire n’est pas en danger : « Dieu a dit une chose, deux que j’ai entendues. Ceci : que la force est à Dieu, à toi Seigneur, la grâce ! Et ceci : tu rends à chaque homme selon ce qu’il a fait » (Ps61/12-13)

C’est là je crois que la vision du Corps a tout son effet. Nous sommes tous membres les uns les autres, unis par la Charité qui est le lien de la perfection. Solidaires les uns les autres, avec un seul Chef, le Christ Jésus. Et quoi que nous puissions dire ou faire, c’est toujours au nom de notre Seigneur Jésus rendant par lui grâce à Dieu le Père.

Une dernière précision, dans le catholicisme, dans le culte rendu à Dieu, il faut distinguer, comme à l’époque des Apôtres, où dans l’Ancien Testament, le culte liturgique des dévotions. Le culte liturgique est pétris de la Bible, quasiment de A à Z, il se reçoit (on ne le modifie pas en fonction des sensibilités des uns ou des autres, etc...). Il est le culte de l’Eglise Corps du Christ, universel. Les dévotions sont des « sensibilités » de certains dans le Corps du Christ. Elle peuvent être bonnes. Elles peuvent quoique bonnes au départ devenir erronées en hyper accentuant tel ou tel aspect et en le développant. Ce sont des erreurs de discernement. L’Eglise essaie d’éclairer autant que possible ses fidèles et d’encadrer les dévotions. Mais elle ne peut être partout et nombre d’entre elle n’ont pas de reconnaissance officielles et pour certaines d’entre elles, elles sont franchement déviantes, fussent elles brandies haut et fort par des catho militants. Tu connais ce principe : c’est le discernement spirituel. Dans toutes les églises (j’entends par là dénominations), il y a les illuminés, les desséchés jusqu’à la moelle des os qui vouent tout le monde aux gémonies, etc...), les gens qui ne jurent que par « un » verset de la Bible (exemple : la prière de Jabez, qui me semble parfois tourner à la formule magique ou à la superstition selon les cas), d’autres par l’intercession de tel saint, d’autre par l’action caritative, etc...

En principe tout ce qui n’est pas centré sur le Christ, équilibré et qui ne tient pas compte « du Corps », qui est exclusivisme, on s’en méfie hautement. L’Eglise catholique a un certain talent pour « refroidir » les trop enthousiastes :-D ... Toutefois certains hétérodoxes arrivent à subsister dans les interstices situés entre les pierres de l’édifices lol ....
Admettons que la communion des saints existent entre les chrétiens vivants et les chrétiens morts, il n'y a qu'un seul corps de Christ dans lequel son sang purificateur coule, mais qui dit communion ne dit pas nécessairement communication. Je peux être en communion spirituelle par la foi en Jésus avec un chrétien en Chine, mais il ne m'entendra pas de vive voix, même chose pour les chrétiens décédés.

Cela pose un autre problème - qui n'en est jamais un pour celui qui y croit ! - Puisqu'il y a des millions de catholiques - sans parler aussi des orthodoxes j'imagine - qui s'adressent à Marie en même temps, maintenant qu'elle est au ciel, elle aurait la capacité de tout gérer cela et de présenter toutes les requêtes à Dieu le Père ? Ça s'applique bien sûr aux autres saints moins populaires qui ne sont pas encore dans leur corps glorifié. De plus, il faut qu'ils soient tous rendus polyglottes maintenant qu'ils sont au ciel. Le catholique dira qu'ils n'ont plus nos contraintes terrestres et qu'ils sont aptes à gérer tout cela même si on ne sait pas comment ça fonctionne. Mystère. En tous cas, on peut difficilement appeler cela "se reposer de ses oeuvres" !

Avec Dieu, ce n'est jamais un problème, il peut écouter des milliards de personnes à la fois en toutes les langues, ça m'a toujours épaté et rempli d'admiration mais j'ai de la misère à accorder de tels pouvoirs à des chrétiens décédés qui ne sont pas encore devenus semblables au Seigneur puisque cela se fera seulement à la résurrection.

Dans le Nouveau Testament sur lequel repose la foi évangélique, notons que seuls le Seigneur Jésus-Christ et Dieu le Père sont invoqués. Priez Dieu le Père en invoquant le nom du Seigneur Jésus, ils ne seront jamais débordés, vous aurez droit à une oreille attentive c'est garanti! C'est ainsi que Dieu et son Fils seront glorifiés.

Jean 14:12 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m'en vais au Père; 13 et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. 14 Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai.

Il y a des bonnes raisons pour cela, regardez comment la gloire de Dieu est détournée sur des personnes quand celles-ci qui ont été invoquées "répondent" aux prières qui leur sont adressées ! Ce sont elles qu'on remercie pour faveur accordée, ce n'est pas du tout le Seigneur qui en reçoit le mérite ; lui qui dit qu'il ne donnera pas sa gloire à personne d'autre !

Esaïe 42:8 Je suis l'Éternel, c'est là mon nom; et je ne donnerai pas ma gloire à un autre ni mon honneur aux statues.

Mais que font alors tous ces gens qui s'agenouillent devant des statues pour leur adresser des prières, qui leur baisent les pieds, au point que les orteils de pierre de Pierre sont toutes usées au Vatican ! Un prêtre s'était étonné que les gens n'attrapaient pas de maladie en baisant ses pieds (mais qu'en savait-il vraiment ?), moi c'est bien autre chose qui m'étonne !

Du point de vue catholique, c'est un appauvrissement spirituel que de se passer de la communion des ces saints là. Comment pourrait-il y avoir appauvrissement avec des promesses telles que :

Jn.14:12 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m'en vais au Père; 13 et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. 14 Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai.

On a tout ce qu'on demande selon la volonté de Dieu en passant par Jésus, et le but est que Dieu en soit glorifié. Cela a bien suffit aux apôtres, ils ont bien appris la leçon, ne pensez-vous pas aussi qu'ils ne se sont pas appauvris en ne faisant pas appel, par exemple, à Jacques tué par l'épée pour les aider dans la prière, ils ne l'ont jamais enseigné non plus alors que le thème de la prière est abordé à maintes reprises dans les épîtres et qu'il y avait déjà plusieurs martyrs auxquels ils auraient pu s'adresser supposément parce qu'ils auraient maintenant un accès privilgié auprès de Dieu. Et bien non, les apôtres se contentent de demander aux églises de prier pour eux.

Vous pouvez faire appel à d'autres chrétiens de vous assister par leurs prières, comme le faisait Paul, remerciez-les pour leurs prières mais donnez la gloire à Dieu qui est celui qui exauce. Je ne vous encouragerai pas à adresser des demandes de prières à des chrétiens endormis. Si cela avait aidé, Paul aurait pu le faire aussi et nous y encourager, il y avait déjà des chrétiens de décédés à son époque. Parlant des témoins de la résurrection de Jésus, il écrit :

1Co.15:6 Ensuite, il a été vu par plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart sont encore vivants, et dont quelques-uns sont décédés.

Il y avait déjà des chrétiens morts martyrs aussi ; Jacques et Étienne nommés dans les Actes. S'ils avaient été d'un secours pour nous, Paul qui n'en manquait pas une, aurait seulement fait appel à eux, lui qui faisait tout pour remporter le prix.

1Co.9:23 Je fais tout à cause de l'Évangile, afin d'y avoir part. 24 Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans le stade courent tous, mais qu'un seul reçoit le prix? Courez de manière à l'obtenir. 25 Tout lutteur s'impose toute espèce d'abstinences; eux, pour recevoir une couronne corruptible, nous, pour une couronne incorruptible. 26 Moi donc, je cours, mais non pas à l'aventure; je donne des coups de poing, mais non pour battre l'air. 27 Au contraire, je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur, après avoir prêché aux autres, d'être moi-même disqualifié.

Prenons exemple sur Paul, soyons ses imitateurs comme il nous encourage à le faire à trois reprises :

1 Corinthiens 4:16 Je vous exhorte donc; soyez mes imitateurs.
1 Corinthiens 11:1 Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ.
Philippiens 3:17 Soyez mes imitateurs, frères; portez les regards sur ceux qui marchent selon le modèle que vous avez en nous.

Laissons ceux qui nous ont précédés se reposer de leurs oeuvres, ils le méritent bien. S'ils vous viennent à la pensée, visitez ce lien. Paul et les autres apôtres s'en sont très bien sortis en agissant ainsi, en autant qu'on peut le lire dans le Nouveau Testament, et des multitudes de chrétiens ont fait de même dans les siècles qui ont suivi sans avoir recours à l'assistance des chrétiens décédés. Alors, vous ne vous privez de rien en n'invoquant pas les saints chrétiens décédés et vous êtes sûrs que vous allez donner toute la gloire à Dieu quand il vous exaucera.






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes samedi 16 décembre 2017