Le respect pour le mari

Éphésiens 5:33 Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari.

Quel couple ne connaît pas ce passage ? Parfois la femme se sentira justifiée de ne pas respecter son mari parce que celui-ci n'aime pas sa femme comme lui-même, comme si parce que l'autre agissait mal cela lui donnait la permission de mal agir aussi. Je discute de cela en détail dans une autre méditation`.

Parfois le manque de respect vient du fait que la femme ne réalise pas qu'elle est en train de manquer de respect envers son mari. Par exemple, quand la femme ne se rend pas compte que son mari n'est pas en mesure de faire ce qu'elle lui demande. Parce qu'elle se base sur ce que quelqu'un de " normal " serait en mesure de faire, elle manque alors de respect à son égard sans en prendre conscience.

Si on voit quelqu'un d'handicapé qui a de la misère à marcher et qui boite, on ne lui demandera pas de courir. Ce serait un grand manque de respect envers lui de lui demander de courir. Tout ce qui en résulterait serait de la frustration de part et d'autre. L'un dira : " Tu es supposé de courir, cours ! cours " mais l'autre répondrait : " Je suis incapable de courir, ne le vois-tu pas !? J'ai de la difficulté à marcher. " Quand c'est un handicap physique de ce genre, c'est facile à remarquer et les gens auront généralement du respect pour les boiteux et ne leur demanderont pas de courir quand ils ont de la difficulté à marcher. Ils diront plutôt : " Commence à marcher tranquillement, tu vas prendre des forces graduellement si tu persévères. Du moment que tu fais de ton mieux c'est ce qui compte. " Voilà ce genre de discours qu'on peut entendre de quelqu'un qui respecte les autres. La personne respectueuse sera contente des progrès de l'handicapé physique, quoique minimes, même elle est consciente que celui-ci est encore bien en-deçà des standards olympiques pour la course. Elle peut même prier le Seigneur de l'aider, de le guérir.

Ce qui est si évident sur le plan physique l'est beaucoup moins sur le plan émotionnel. C'est pourtant le même principe. Il y a des blessures émotionnelles qui provoquent des handicaps chez des gens. Il y a des gens qu'on aimerait voir s'ouvrir et nous partager leurs émotions et leurs pensées mais qui, à cause des blessures subies dans le passé arrivent difficilement à communiquer ce qu'elles ressentent. Quand on les pousse à bout, on les agresse sans s'en rendre compte, et si elles finissent par exprimer leurs émotions, ça sort souvent tout croche, de manière disproportionnée comme le couvercle d'une cocotte minute qui saute sous la pression, et les manifestations de colère ou de tristesse extrêmes volent dans tous les sens et les gens sont éclaboussés. Des gens bien portants seraient juste un peu irrités de ce qu'on leur demande des explications ou qu'on leur demande d'exprimer leurs émotions quand ils n'en ont pas envie, mais puisque les gens blessés sur le plan émotionnel se sentent incapables de faire ce qu'on leur demande, puisqu'ils arrivent difficilement à avoir de la suite dans les idées, à mettre de l'ordre dans leurs pensées et à bien identifier les émotions changeantes qui se bousculent en eux, ils finissent par exploser suite à une accumulation de demandes de s'exprimer.

C'est légitime pour une épouse de vouloir demander à son mari d'exprimer ses émotions et le fond de sa pensée, elle veut s'approcher de lui pour mieux le connaître. Alors que faut-il faire ? Évidemment, c'est d'arrêter de les pousser à bout en les pressant de faire des choses qu'ils se sentent incapables de faire même si ce sont des choses qui sont très souhaitables et satisfaisantes en soi. Ce qui est plus productif et efficace, c'est de demander à leur Créateur d'intervenir par son Saint-Esprit consolateur pour venir guérir les blessures du passé et apprendre graduellement à la personne handicapée d'exprimer ses pensées et ses émotions pour se sentir moins agressée quand on cherche à connaître comment il se sent et ce qu'il en pense.

L'esprit a été régénéré à la conversion mais tout le reste, l'âme et le corps, a besoin d'être restauré des effets du péché. Parfois le Seigneur opère des guérisons émotionnelles et physiques instantanées miraculeuses, la plupart du temps cependant, la restauration est un travail de longue haleine qui demande beaucoup de patience et de douceur. Il faut respecter le temps de Dieu. La Parole de Dieu nous révèle que :

Dieu fait toute chose belle en son temps. Ec.3:10

Le temps de Dieu est rarement notre temps. Nous devons apprendre à respecter Dieu et son horaire. La Parole regorge de récits dans ce genre. Ceux qui veulent aller plus vite que Dieu se casse le nez en frappant un mur. Dieu nous promet qu'Il va nous rendre parfaits pour le jour de Christ, mais c'est juste quand Jésus reviendra que nous serons parfaits. Présentement, nous sommes dans le processus, donc il faut se résoudre à y aller graduellement, pas à pas, au rythme de celui qui est handicapé émotionnellement, voilà comment on manifeste le respect. Si nous sommes plus avancés que l'autre, il ne faut pas le pousser à bout en disant qu'il devrait courir aussi vite que nous. Non c'est plutôt de ralentir le passé et de marcher au même rythme que l'aitre. En respectant la démarche de l'autre, ça va le mettre bien plus en confiance. En contribuant à le mettre plus à l'aise, cela va l'aider à débloquer tandis que si on le pousse sans répit, il va plutôt se mettre à résister, en bâtissant encore plus de forteresses autour de lui. Il va contre-attaquer pour faire cesser ces demandes jugées au-delà de ses capacités.

Le respect, c'est donc aussi être en mesure d'évaluer l'autre pour ne pas lui demander ce qu'il n'est pas en mesure de faire et aussi de ne pas supposer que l'autre ne veut pas faire les efforts de communiquer. Évidemment, si chacun avait une disposition de coeur idéale, les progrès seraient rapides, mais la réalité étant ce qu'elle est, nous avons tous des manquements, personne ne change et s'améliore aussi rapidement qu'il ne pourrait. Nous avons tous des revers, des périodes où nous ralentissons la cadence et même reculons alors il faut vraiment faire preuve de miséricorde et de patience pour voir des améliorations chez le mari blessé. Il doit recouvrer graduellement sa confiance à s'ouvrir à l'autre.

La grâce qu'on demande pour nous-mêmes quand on réalise qu'on n'a pas été à la hauteur des standards de Dieu, il faut être prêt aussi à l'accorder à notre conjoint, même s'il n'est pas rendu au même niveau que nous. Jésus a enseigné à Pierre qu'il devait pardonner 70 fois 7 fois et comme ils n'avaient pas de calculatrice à cette époque, cela voulait dire qu'il n'y avait pas de fin à son pardon, que Pierre devait pardonner comme Dieu qui ne se lasse jamais de nous pardonner. Pierre a dû passer par le reniement trois fois pour comprendre la leçon et changer d'attitude. Nous aussi, réalisons que nous ne sommes pas rendus où nous devrions être mais que Dieu, dans sa grâce, continue à nous utiliser et à être patient envers nous. Nous devons donc être aussi patients envers ceux qui sont moins avancés que nous, peu importe les raisons, ce sera une belle marque de respect à leur égard qui les encouragera à prendre de l'assurance et apprendre à patager ce qu'ils pensent et ressentent.

Bien entendu, le respect est de mise aussi pour les femmes blessées qui ont de la difficulté sur le plan émotionnel. Mais ce n'était pas le sujet de cette méditation. Pour en savoir plus sur les personnes abusées sexuellement, allez ici dans cette section

- Le webmestre

VERSION AUDIO






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes mercredi 18 Octobre 2017