- Église -

  Liste des articles   |   Nouveautés de la semaine   |   Recherche   |   Contactez Pasteur Yvan Rheault   
________________

Dans le calme et la soumission

1Timothée 2:11 Que la femme s’instruise paisiblement, dans une entière soumission. 12 Je ne lui permets pas d’enseigner et de dominer sur l’homme, mais je lui demande de garder une attitude paisible. 13 En effet, Adam a été formé le premier, Eve ensuite. 14 Et Adam n’a pas été trompé, alors que la femme, trompée, s’est rendue coupable d’une transgression. 15 Cependant, elle sera sauvée à travers sa descendance si elle persévère avec simplicité dans la foi, l’amour et la progression dans la sainteté.

Le professeur Craig S. Kenner qui enseigne le Nouveau Testament dans un séminaire, y va du commentaire suivant sur le texte contreversé.

Dans 1 Timothée 2:1-15, Paul interdit aux femmes d'enseigner ou d'exercer l'autorité sur l'homme. La plupart des partisans du ministère de la femme pensent que cette expression signifie en fait «usurper l'autorité », chose que Paul ne voudrait pas que fassent les hommes plus que les femmes.

Dans tous les cas, Paul interdit aussi aux femmes dans ce passage « d'enseigner », ce qu'il semble avoir autorisé ailleurs (Romains 16; Philippiens 4:2-3). Il semble donc qu'il ait voulu traiter de la situation spécifique de cette assemblée.

Paul et ses lecteurs connaissaient leur contexte et pouvaient donc le prendre pour acquis; la situation qui a provoqué la réponse de Paul appelait donc clairement celle-ci de par sa nature.

Ce n'est probablement pas une coïncidence si le seul passage de la Bible qui interdit aux femmes d'enseigner se trouve être dans la même épître où nous savons explicitement que de faux docteurs visaient à semer le trouble en se servant des femmes.

Les lettres de Paul à Timothée à Éphèse nous donnent un aperçu de la situation: de faux docteurs (1 Timothée 1:6-7,19-20; 6:3-5; 2 Timothée 2:17) entraînaient les femmes dans l'égarement (2 Timothée 3:6-7). Ces femmes étaient probablement, et en particulier, certaines veuves qui possédaient des maisons que ces faux docteurs pouvaient utiliser pour y tenir leurs réunions (cf: 1 Timothée 5:13. Un des termes grecs employés ici parle de propager des non-sens).

Les femmes étaient les plus vulnérables face aux faux enseignements par le simple fait qu'elles avaient eu très peu d'instruction. Un tel comportement ne pouvait qu'entacher le témoignage de l'Église dans une société hostile qui était déjà convaincue que les chrétiens pervertissaient le rôle traditionnel des femmes et des esclaves.

Paul offre donc une solution à court terme: « N'enseignez pas» (compte tenu des circonstances) et une autre à plus long terme: « Qu'elles apprennent » (1 Timothée 2:11). Nous lisons aujourd'hui: « Que la femme s'instruire en silence », et nous pensons que l'accent est mis sur le « silence ». Le fait que ces femmes devaient s'instruire « dans un esprit de paix et de parfaite soumission» nous parle du témoignage qu'elles devaient rendre dans la société selon ce qui était couramment attendu des femmes.

La culture de l'époque voulait que tout étudiant débutant, contrairement à ceux plus avancés, s'instruise en silence; voilà pourquoi les femmes n'étaient pas censées poser de questions (voir note plus haut). Le même mot « silence » qui est employé ici s'applique à tous les chrétiens dans le contexte (2:2).

Paul parle spécifiquement de cette question concernant les femmes pour la même raison pour laquelle il exhorte les hommes à ne pas se disputer (2:8) : ils étaient tous impliqués dans les groupes qui constituaient l'église d'Éphèse.

Là encore, il semble que le plan de Paul à long terme est de libérer, et non de subordonner le ministère de la femme.

La question n'est pas une affaire de genre mais de connaissance de la Parole de Dieu.

Ce qui pousse bien des érudits à douter de cette interprétation par ailleurs fort logique, c'est l'argument suivant de Paul où il fonde son appel sur le rôle rempli par Adam et Ève (1 Timothée 2:13-14).

L'argument de Paul, tiré de l'ordre de la Création, est le même qu'il a utilisé plus haut pour démontrer que les femmes devraient porter un voile (1 Corinthiens 11:7-9). Autrement dit, Paul citait parfois les Écritures pour répondre à certaines circonstances dans un contexte donné qu'il n'aurait pas appliqué dans tous les cas. Si Paul avance souvent des arguments universels à partir de l'Ancien Testament, il élabore parfois des arguments logiques à partir d'une analogie.

Son argument concernant la séduction d'Ève entre encore plus dans cette catégorie. Si la chute d'Ève empêche que toutes les femmes enseignent, cela signifierait que Paul affirme que, semblables à Ève, les femmes sont toutes plus facilement séduites que les hommes. Il est clair que, dans ce cas, il ne faudrait pas permettre aux femmes d'enseigner d'autres femmes, de peur qu'elles ne soient encore plus séduites. Mais si la séduction ne s'applique pas à toutes les femmes, son interdiction non plus. Paul a probablement utilisé Ève pour illustrer la situation des femmes non instruites auxquelles il s'adresse à Éphèse; mais dans un autre texte, il parla d'Ève pour nous mettre tous en garde contre la séduction, et pas seulement les femmes (2 Corinthiens 11:3).

Parce que nous ne croyons pas que Paul se soit contredit, son approbation du ministère féminin ailleurs dans la Parole de Dieu confirme que 1 Timothée 2:9-15 ne saurait interdire le ministère de la femme de manière générale. Il traita du sujet dans un contexte bien particulier.

Certains ont protesté en disant que les femmes ne devraient pas exercer d'autorité sur les hommes parce que les hommes sont appelés à être « la tête ». En dehors des nombreux débats sur le sens exact du terme grec « tête » (qui est par exemple parfois traduit par « source» plutôt que « autorité sur »), Paul parlait du mari comme chef, ou tête et non de l'homme en tant que mâle qui serait la tête de la femme.

De plus, nous, pentecôtistes et charismatiques, affirmons que l'autorité du serviteur de Dieu est inhérente à son appel et au ministère de la Parole, et non à l'individu en tant que tel. Nous croyons donc que le ministère peut être exercé autant par l'homme que par la femme, comme pour l'apôtre Paul.





Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









email Croixsens Net sur

Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner

 
   
 



Nous sommes jeudi 24 septembre 2020



NOUVEAUTÉS de la semaine
  1. Le consolateur vient calmer les énervés !

  2. La promotion de l'âne t'attend !

  3. À QUOI ÇA SERT DE PRIER ?

  4. Les révélations, ce n'est pas encore fini !

  5. La clé pour vous positionner à recevoir les dons spirituels pour l'utilité commune

  6. L'amour est un meilleur tranquillisant que les pilules !

  7. Possédé plus que tous ? Dieu vous aime autant que les autres !

  8. Quelle est la différence entre les fruits du Saint-Esprit et les dons du Saint-Esprit?

  9. Invoquer, pas juste évoquer, c'est appeler un nom au-dessus du nôtre

  10. Bien accueillir les ouvriers de Dieu

  11. Dieu se glorifie dans nos réussites et non dans nos tentatives infructueuses

  12. Transformation extrême

VIDÉO du mois - message apporté lors de la nuit de prière

Faire un don
Devenez partenaire
de Croixsens.net
Cliquez ci-dessous
pour faire un don
avec PAYPAL

ou cliquez ici
pour faire un chèque.