Priorités dans les dons spirituels

Quand il y a manque d'appréciation à l'égard de la place à accorder aux véritables priorités, les meilleures victoires se transforment en véritables défaites.

Beaucoup de chrétiens font fausse route parce qu'ils consacrent trop de temps et de place à des choses d'ordre secondaire et négligent les principales. Quelqu'un à l'esprit facétieux décrivait, un jour, un certain frère comme étant un homme important dans les choses insignifiantes et insignifiant dans les choses importantes. Le frère visé était, de fait, sans importance parce qu'il lui manquait le sens des proportions; c'est-à-dire qu'il plaçait mal l'ordre des priorités.

Les vierges folles de la parabole s'inquiétaient probablement beaucoup de l'état de leurs vêtements et de leurs lampes et, certainement ces choses étaient bien soignées, mais il leur manquait l'huile indispensable, la chose nécessaire entre toutes.

Marthe avait, certes, un grand souci de certaines choses mais il lui manquait une juste appréciation du privilège suprême qui lui était offert par la Visitation du Seigneur.

Marie, de son côté, l'avait découvert et apprécié. Le Seigneur enseigna à ses disciples que le souci au sujet du manger, du boire et du vêtement constituait une tentation qui absorbe tellement l'âme humaine qu'elle la distrait du principal: le Royaume et la Justice de Dieu.

Cherchez premièrement, voilà la recommandation retentissante du Seigneur, établissant incontestablement le principe d'une vie victorieuse basée sur le fait des priorités mises en bonne et due place. Le reste peut être ajouté comme nécessaire, mais comme secondaire et à sa place.

Le Seigneur n'avait besoin que d'un simple repas; il nous faut, sans doute, la nourriture et le vêtement, mais notre vie chrétienne n'atteindra jamais son maximum si nous accordons trop d'importance aux choses passagères et secondaires.

Priorités dans les DONS spirituels


Paul a donné un clair enseignement au sujet du désordre et de l'ignorance dans l'exercice des dons spirituels à Corinthe; il indique où les chrétiens doivent placer leurs priorités. La difficulté, dans cette question, ne se posait pas entre le bien et le mal ou entre le divin et le satanique mais bien plutôt dans un manque de maturité spirituelle et d'appréciation à l'égard de la relativité des valeurs.

A Corinthe, ce manque d'appréciation dans l'ordre des priorités, des choses les plus importantes, produisait une sorte de déséquilibre qui provoquait, certainement, une certaine admiration pour les dons les plus frappants (ou spectaculaires) mais qui n'apportait pas un même profit spirituel dans l'Assemblée que s'il en eût été autrement. C'est pourquoi Paul se résume dans une exhortation à aspirer ardemment aux dons les meilleurs. Il convient donc de conclure que certains dons sont Meilleurs que les autres. Comme résultat de son expérience personnelle, il expose sa préférence bien marquée par cette déclaration :

"dans l'église, j'aime mieux dire cinq paroles avec mon intelligence, afin d'instruire aussi les autres, que dix mille en langue" (1 Cor. 14:19).

Paul avait une vue très claire des priorités, spécialement dans ces questions.

Il peut cependant y avoir une place nécessaire et légitime pour la mise en évidence d'une vérité négligée, oubliée ou combattue; c'est pour cette raison que le Mouvement de Pentecôte a accentué avec justesse sur le parler en langues jusqu'à ce qu'il ait établi solidement ses Assemblées.

Mais lorsqu'une doctrine et une expérience définies et complètes ont été rétablies dans leur équilibre et dans leur cadre, la nécessité scripturaire s'impose pour le retour à l'harmonie et l'équilibre dans la vérité; manquer à cela conduit au suicide.

On peut, ainsi comprendre assez facilement pourquoi certaines petites Assemblées ne se développent pas.

Les priorités ne sont pas mise a leur place: ces Assemblées ne prospérant pas parce qu'elles ne donnent pas aux choses importantes, la place qui leur revient. Une place tout à fait insuffisante est laissé aux ministère de la prédication prophétique et de l'enseignement avec l'emploi complet de la compréhension spirituelle.

On suppose bien à tort que l'accent sur les signes et les prodiges qui, au début de l'oeuvre était entièrement d'accord avec la volonté de Dieu pour l'établissement des Assemblées EST suffisant pour poursuivre et développer une oeuvre de Grâce année après année. C'est une erreur.

C'est une preuve de la faiblesse de la foi que rechercher ce qui est spécialement spectaculaire et de réclamer continuellement des manifestations spirituelles.

Dieu, dans Sa miséricorde pourvoit largement à tout cela mais Il ne donne pas la place à ces choses comme nous pourrions le supposer.

"Heureux ceux qui ont vu et qui ont cru" (Jean 20:29).

Nous marchons par la foi et non par la vue. Nous pouvons tous nous attendre à ce que le Seigneur retire, tôt ou tard, les soutiens sur lesquels nous nous sommes appuyés jusqu'alors comme enfants de Dieu en vue de nous entraîner dans une marche de plus en plus proche de Lui, soutenus dans la communion par la prière et la Parole de Dieu. Le véritable croyant n'est pas appelé à réclamer ce qui est spécialement destiné aux incrédules et aux ignorants.

Si nous donnons trop d'importance et, pour ainsi dire la priorité aux manifestation spectaculaires de certains dons spirituels uniquement pour notre satisfaction personnelle, il en résultera un appauvrissement de la FOI un dépérissement de la vie chrétienne et une sorte de destruction de notre vie de communion avec Dieu.

Le témoignage dit de "Pentecôte" perdra sa valeur et sa saveur dans la recherche de ce qui est destiné à faire impression sur les auditoires. Cette recherche ne pourra aboutir qu'à la vanité et au vide.

Il en est toujours ainsi lorsqu'on renverse l'ordre des priorités. C'est une loi inexorable.

C'est sans doute, pour cette raison que certains chrétiens sont découragés et désappointés avec leur expériences dites de "Pentecôte".

Le plus triste c'est que souvent au lieu de recouvrir simplement droit a la Parole de Dieu, ils courent à droite ou à gauche à la recherche de nouvelles sortes de sensation, ou peut-être de ce qu'ils supposent devoir être "un nouveau Réveil", ou quelque "nouvelle lumière" etc... Ils sortent ainsi du plan que Dieu a élaboré comme programme de leur vie et "tournant en rond" au lieu de progresser.

Ils sont tentés de revenir sans cesse à la même erreur en cherchant de nouvelles "sensations". L'exercice des langues étrangères risque de prendre plus d'importance que le don de connaissance, ou le don des miracles plus de place que celui de la sagesse, ou encore certains autres dons d’autorité que l'amour lui-même.

S'il en est ainsi le véritable but de l'oeuvre de "Pentecôte" est loin d'être atteint.

Lorsque la vérité de "Pentecôte" est mal dirigée, elle tente de s'évader de la claire signification des vérités exposées depuis 1 Cor 12:31 jusqu’à 13:2:

"Aspirez aux dons les meilleurs. Et je vais encore vous montrer une vois par excellence.... Quand j'aurais tous les dons.... quand je livrerais mon corps pour être brûlé si je n'ai pas la charité ; cela ne me sert de rien".

Loin de moi de mépriser les prophéties, ou tout autre don spirituel, car nous sommes invités à cultiver l'amour en nous et à le désirer ardemment.

"Recherchez la charité : aspirez aussi aux dons spirituels" 1 Cor 14:1).

Mais nous sommes tenus à observer les priorités telles qu'elle nous sommes présentées dans la Parole de Dieu. Une église n'a certainement pas atteint le but du fait qu'elle possède tous les dons de l'Esprit ; elle a simplement sa véritable position dans la Grâce de Dieu en vue d'arriver à ce résultat. Elle peut encore faire fausse route et échouer même avec l'exercice des dons spirituels, en négligeant la volonté de Dieu à son égard: chose essentielle qu'il convient de rechercher.

Le Maître de la Moisson désire de véritables gerbes et non pas un étalage d'outils et d'instruments beaux et reluisants qu’il a confiés à Ses Ouvriers.

D'autre part, on ne doit pas négliger la prédication de la puissance de Dieu pour la guérison des malades. C'est là une partie importante du témoignage dit de "Pentecôte". C'est un fait à la fois scripturaire et apostolique que les multitudes soient attirées, frappées et arrêtées par l'Evangile au moyen des miracles accomplis au Nom de Jésus par des Serviteur de Dieu (voyez Actes 8:6). Les foules se pressaient autour du Seigneur pendant son ministère et, en certaines occasion "il les guérissait tous". Il ne refusa jamais aide à ceux qui le supplièrent à cause de leurs infirmités physiques. Mais d'autre part, il ne se détourna jamais de son chemin pour leur offrir la guérison.

Ils venaient à Lui et Il n'allait pas à eux. Dans sa prédication et son enseignement son thème continuel était "Le Royaume de Dieu", défini plus tard par Paul, (Romains 14:17) avec justesse et précision: "Justice, Paix et Joie dans le Saint Esprit". Il vient spécialement "chercher et sauver ce qui était perdu" et par la même occasion pourrait-on dire, "guérir les malades".

A la fin de son ministère Jésus a repris sévèrement les villes où la plupart de ces prodiges avaient été opérés, parce qu'elle ne s'étaient pas repenties. Les gens voulaient obtenir le maximum sans passer par la repentance. Il ne peut y avoir de véritable Réveil avant que la conviction de péché ne soit déclenchée dans les âmes. La Parole de Dieu écrite nous a été donnée comme une lampe à nos pieds et une lumière sur notre sentier.

C'est toujours une grande erreur que de donner plus d’importance à certaines choses que la Parole de Dieu n'en donne Elle-même. Il n'est pas très loyal de dire: "ceci ou cela se trouve dans les Ecritures" ; Parler ainsi ne suffit pas, il faut mettre chaque vérité dans son véritable cadre par ordre d'importance. Il y a beaucoup de choses à considérer dans les Ecritures ; chacune d'elles se trouve à sa place que Dieu lui à assignée en vue d'un but défini.

Il faut présenter chaque chose selon la place qu'elle occupe dans les Ecritures.

Le point central de l'Evangile est l’amour de Dieu en Christ. révélé par le Saint-Esprit afin qu'aucun ne périsse mais que les croyants soient rendus participants de la Vie Eternelle.

La puissance de Saint-Esprit a été donnée pour parvenir à ce glorieux but, mais il ne sera jamais atteint si l'on donne aux moyens et aux méthodes employées une importance anormale qui peut engendrer le déséquilibre spirituel et moral. Nous serons de véritable "Pentecôtistes" si nous conservons les "priorités" là où Christ les a placées.

- Donald Gee









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner




Devenez partenaire
de Croixsens.net
Cliquez ci-dessous
pour faire un don
avec PAYPAL


ou cliquez ici
pour faire un chèque.









OFFRE TOUTE SPÉCIALE
Pour ceux qui achètent dans la province de Québec



  Partager  

Nous sommes samedi 20 décembre 2014