iv>
 
   
 


L'autel d'airain


La porte du Tabernacle franchie, nous voici devant un autel que nous ne pouvons éviter et qui nous parle immanquablement de la nécessité et de l'efficace d'un sacrifice.

Il est impossible d'aller plus loin sans considérer cet autel et ce qu'il nous révèle quant aux conseils de grâce de Dieu. Nous sommes placés ainsi en type devant le sacrifice sanglant de Jésus Christ qui nous introduit dans la présence de Dieu.
L'autel était en bois de sittim, d'acacia, qui est recherché pour son incorruptibilité, et était recouvert d'airain (Exode 27:1-8). Sa largeur et sa longueur étaient de 5 coudées, et sa hauteur de 3 coudées

Le Seigneur Jésus nous est présenté "en ombres et figures" dans sa parfaite humanité. D'une part, il était homme; le chiffre cinq nous donne sa dimension humaine et son action "en largeur et en longueur" pour sa créature. D'autre part il était parfaitement Dieu; le chiffre trois nous parle de sa divinité, de la hauteur de celui qui est descendu pour donner sa vie en sacrifice à Dieu afin de sauver les hommes.

L'acacia fut choisi par Dieu pour montrer la perfection de l'humanité de son Fils, son incorruptibilité. Il fut le seul homme qui n'a pas commis le péché (1 Pierre 2:22). Et si les hommes sont changeants et inconstants, il est le Même, celui en qui il n'y a et il n'y eu aucun changement lors de sa vie terrestre; rien, pas même le plus petit mensonge, la moindre mauvaise pensée n'est venu altérer la beauté morale de Jésus Christ.

De plus, l'acacia est une essence qui croît dans les lieux secs. Or, le chapitre 53 d'Esaïe nous dit:

"Il montera devant lui comme un rejeton, et comme une racine sortant d'une terre aride".

Celui qui devait venir pour sauver son peuple terrestre de leurs péchés, ainsi que tous les hommes, vint en un temps où la plupart des coeurs étaient desséchés pour Dieu, même si plusieurs avaient la forme de la piété. Jean le baptiseur fut envoyé pour préparer les coeurs, pour préparer le chemin du Seigneur. A la naissance de Jean, son père Zacharie prophétisa en déclarant que

"l'Orient d'en haut nous a visités, afin de luire à ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort, pour conduire nos pieds dans le chemin de la paix" (Luc 1:76-79).



Le peuple était donc dans les ténèbres et assis (remarquons la différence avec Esaïe 9:2 où le peuple marchait encore un tant soit peu). Et au milieu de cette sécheresse morale, le Seigneur est venu parmi les siens ou seulement quelques-uns l'attendaient comme Siméon et Anne.

L'airain, dont nous avons déjà vu qu'il était utilisé pour les bases des piliers pour la porte, est un alliage très résistant au feu et donc à sa place pour un autel. Il est cette "image" de la justice de Dieu contre le péché que Jésus a rencontrée et satisfaite sur la croix.

L'autel d'airain, comme ses ustensiles et tout le reste du Tabernacle, devait être fait comme il a été montré sur la montagne à Moïse (Exode 27:8); on le fera ainsi. L'oeuvre de notre salut n'est pas laissée à l'appréciation de l'homme, de ce qu'il pense être suffisant ou pas. Seul le don parfait et suprême du Fils pouvait satisfaire une fois pour toutes les exigences de Dieu.

Dans la description imagée de la sainte cité en Apocalypse, il n'est plus question de l'airain, car il n'y aura plus aucun danger de souillure!

L'autel d'airain était donné pour faire propitiation pour vos âmes; car c'est le sang qui fait propitiation pour l'âme (Lévitique 17:11).

Sans effusion de sang il n'y a pas de rémission.
Hébreux 9:22


Nous verrons dans la suite de cette étude sur le Tabernacle comment le Seigneur Jésus est entré dans les lieux saints qui ne sont pas faits de main, pour présenter à Dieu le prix inestimable de son précieux sang qui a été versé à la croix, le prix de notre rançon, de notre rachat, de notre salut présent et éternel. Il ne s'agit plus de sacrifices d'animaux qui "couvraient" ponctuellement celui qui l'offrait tel un acte remémoratif de péché (Hébreux 10:3), mais bien du seul et unique sacrifice sanglant nécessaire et à jamais suffisant du Seigneur Jésus Christ.

Car la loi, ayant l'ombre des biens à venir, non l'image même des choses, ne peut jamais, par les mêmes sacrifices que l'on offre continuellement chaque année, rendre parfaits ceux qui s'approchent. Autrement n'eussent-ils pas cessé d'être offerts, puisque ceux qui rendent le culte, étant une fois purifiés, n'auraient plus eu aucune conscience de péchés? Mais il y a dans ces sacrifices, chaque année, un acte remémoratif de péchés. Car il est impossible que le sang de taureaux et de boucs ôte les péchés. C'est pourquoi, en entrant dans le monde, il dit, Tu n'as pas voulu de sacrifice ni d'offrande, mais tu m'as formé un corps. Tu n'as pas pris plaisir aux holocaustes ni aux sacrifices pour le péché; alors j'ai dit, Voici, je viens, -il est écrit de moi dans le rouleau du livre-pour faire, ô Dieu, ta volonté. Ayant dit plus haut, Tu n'as pas voulu de sacrifices, ni d'offrandes, ni d'holocaustes, ni de sacrifices pour le péché, et tu n'y as pas pris plaisir- lesquels sont offerts selon la loi, -alors il dit, Voici, je viens pour faire ta volonté. Il ôte le premier afin d'établir le second. C'est par cette volonté que nous avons été sanctifiés, par l'offrande du corps de Jésus Christ faite une fois pour toutes. -Et tout sacrificateur se tient debout chaque jour, faisant le service et offrant souvent les mêmes sacrifices qui ne peuvent jamais ôter les péchés; mais celui-ci, ayant offert un seul sacrifice pour les péchés, s'est assis à perpétuité à la droite de Dieu, attendant désormais jusqu'à ce que ses ennemis soient mis pour marchepied de ses pieds. Car, par une seul offrande, il a rendu parfaits à perpétuité ceux qui sont sanctifiés. Et l'Esprit Saint aussi nous en rend témoignage; car, après avoir dit, C'est ici l'alliance que j'établirai pour eux après ces jours-là, dit le Seigneur, En mettant mes lois dans leurs coeurs, je les écrirai aussi sur leurs entendements, il dit, Et je ne me souviendrai plus jamais de leurs péchés ni de leurs iniquités. Or, là où il y a rémission de ces choses, il n'y a plus d'offrande pour le péché.
Hébreux 10:1-18

Le sang de Jésus Christ son Fils nous purifie de tout péché.
1 Jean 1:7

Voyons maintenant les différents sacrifices qui étaient offerts sur l'autel d'airain:

- l'holocauste (Lévitique 1), sacrifice agréable tout entier pour Dieu, image merveilleuse du Fils qui se donne tout entier pour son Père (Jean 10:17; Matthieu 26:42);
- l'offrande de gâteau (Lévitique 2), qui parle de l'humanité parfaite de Jésus, de ses perfections qui ont réjouis le coeur du Père (1 Jean 3:5, 1 Pierre 2:22);
- le sacrifice de prospérités (Lévitique 3), qui est un sacrifice d'action de grâce, de louange, de communion. Le Fils marchait en parfaite communion avec le Père, sa vie était une louange continuelle à la gloire de Dieu (Jean 11:42, 12:28, 14:9-11);
- le sacrifice pour le péché (Lévitique 4:3), qui est le sacrifice pour la nature même du péché; le Seigneur a été le sacrifice pour le péché (2 Corinthiens 5:21, Romains 8:3);
- le sacrifice pour le délit (Lévitique 5:6), qui est le sacrifice pour les péchés; Jésus purifie de tous es péchés tout homme qui le reçoit comme son Sauveur personnel.

Nous admirons le fait que tous ces sacrifices nous ramènent au Fils et à son oeuvre. Et si en Hébreux 10, il est dit que Dieu n'a pas pris plaisir à de tels sacrifices sous l'ancienne alliance, c'est parce que l'homme a failli dans "l'esprit" de ces offrandes. Il a peut être gardé la forme, et encore, mais il n'a pas compris la profondeur de ces choses et n'a pas vécu conformément à la sainteté pratique qui était lié à ces sacrifices. La lettre tue mais l'Esprit de Dieu vivifie! Ils ont même osé apporter à Dieu des bêtes aveugles, boiteuses, infirmes, et ont eu l'insolence de dire à Dieu:

"En quoi avons-nous méprisé ton nom?" (Malachie 1:6).

Comme la loi, il est clair que ces sacrifices étaient bons, mais l'homme les a détourné de leur unique place et en a fait une tradition sans vie, ennuyeuse (lisez tout le livre de Malachie, et vous aurez le triste tableau de ce que l'homme fait de ce que Dieu lui donne).

Il est également évident que le Seigneur Jésus Christ a donné toute leur valeur à de tels sacrifices en les élevant à un niveau divin.

Marchez dans l'amour, comme aussi le Christ nous a aimés et s'est livré lui-même pour nous comme offrande et sacrifice à Dieu, en parfum de bonne odeur.
Ephésiens 5:1-2

Dieu a pris plaisir dans le sacrifice de son Fils qui englobe tous les divers aspects que nous avons vu. Par cette oeuvre salvatrice nous pouvons nous approcher de Dieu.

Le sacrifice pour le péché et celui pour le délit (nos innombrables péchés) placent devant nous le don par lequel tout homme peut être sauvé par la foi en Jésus Christ.

Le sacrifice de prospérités fait que nous présentons à Dieu des actions de grâces pour le don inexprimable de son Fils, et pour les immenses bénédictions qui y sont lié.

L'offrande de gâteau nous invite à imiter ce que Jésus a manifesté dans sa sainte humanité, à marcher dans l'amour à sa suite (1 Pierre 2:21-22).

Enfin, l'holocauste, qui est le plus élevé des sacrifices, place devant nous l'offrande volontaire du Fils à son Père, sans rien garder pour lui-même. Devant cette dimension divine, nous pouvons, dans notre mesure, nous donner tout entier au Seigneur Jésus Christ, nous consacrer entièrement pour le servir en l'attendant des cieux.

Pour l'Israélite, la victime était égorgée et placé sur la grille d'airain, au centre de l'autel, là ou l'action du feu était la plus intense. Christ a subi tout l'ardeur de la colère de Dieu contre le péché et pour nos péchés. Il a été au centre du courroux de Dieu. Il a porté nos péchés sur la croix.

Il a bandé son arc, et m'a placé comme un but pour la flèche. Lamentations de Jérémie 1:12

Déjà au repas de la Pâque, les Israélites devaient égorger l'agneau sans défaut et mettre son sang sur le linteau et les poteaux de la porte de leur maison (Exode 12:7). Le sang de la victime leur était pour signe, et Dieu dans sa justice a vu ce sang et est passé par-dessus pour les épargner (Exode 12:13).

Cet agneau pascal nous parle de l'Agneau sans tache et sans défaut (1 Pierre 1:18- 21) qui vint pour ôter le péché du monde (Jean 1:29), pour faire propitiation pour les péchés du monde (1 Jean 2:2).

Et par une seule offrande, Il sauve et sanctifie ceux qui le reçoivent comme Sauveur. Il ne s'agit plus d'actes remémoratifs et répétitifs, mais de l'oeuvre unique par laquelle Jésus Christ a satisfait la justice de Dieu une fois pour toutes et au travers de laquelle, les hommes sont sauvés et sont invités à s'approcher de Dieu. Il n'y a pas d'autre chemin pour venir à Dieu!

Vous étiez en ce temps-là sans Christ, sans droit de cité en Israël et étrangers aux alliances de la promesse, n'ayant pas d'espérance, et étant sans Dieu dans le monde. Mais maintenant, dans le Christ Jésus, vous qui étiez autrefois loin, vous avez été approchés par le sang du Christ. Car c'est lui qui est notre paix, qui des deux en a fait un et a détruit le mur mitoyen de clôture. Ephésiens 2:12-14

Il n'y a plus ni juifs, ni gens des nations, tous sont unis en Jésus Christ qui a fait la paix par le sang de sa croix Colossiens 1:20.

Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont dans le Christ Jésus. Romains 8:1

Car Dieu a renfermé tous, Juifs et nations, dans la désobéissance, afin de faire miséricorde à tous. O profondeur des richesses et de la sagesse et de la connaissance de Dieu! Que ses jugements sont insondables, et ses voies introuvables! Car qui a connu la pensée du Seigneur, ou qui a été son conseiller? ou qui lui a donné le premier, et il lui sera rendu? Car de lui, et par lui, et pour lui, sont toutes choses! A lui soit la gloire éternellement! Amen. Romains 11:32-36


Sébastien

Diffusion de la Bible
bibledif@online.be






Pour vous préparer à rencontrer Dieu,

voici les 5 pas vers le ciel









Vous êtes sur la page :



Et vous êtes arrivé de la page :


Cliquez ici pour y retourner



Nous sommes mardi 21 novembre 2017